T-Mobile poursuit le partenariat de son équipe cycliste

Enfin une bonne nouvelle pour le cyclisme. Touché par les affaires de dopage, inquiété par le départ de plusieurs sponsors, le monde du vélo a enregistré ce jeudi un important soutien, celui de T-Mobile. La filiale de Deutsche Telekom, l'un des plus importants, des plus anciens et des plus emblématiques sponsors du cyclisme, vient en effet d'annoncer qu'elle allait poursuivre le partenariat de son équipe jusqu'en 2010, date d'expiration de son contrat en cours. Outre sa valeur symbolique, la décision de T-Mobile pourrait convaincre les sponsors qui s'interrogent sur leur avenir dans le cyclisme de ne pas se retirer."Nous restons engagés dans le cyclisme jusqu'en 2010", a insi déclaré Christian Frommert lors d'une conférence de presse à Sarrebruck. "Depuis la fin de Tour de France, nous avons beaucoup discuté en interne et avons rencontré de responsables des fédérations, de la télévison et nous avons conclu que quitter le cyclisme serait un mauvais signal au moment où le sport est engagé dans un lutte inflexible pour un cyclisme propre". Mais T-Mobile se réserve aussi "le droit de se retirer immédiatement en cas de nouvelle affaire de dopage".Dans la matinée, René Obermann, patron de l'opérateur téléphonique allemand, avait indiqué qu'une solution raisonnable avait été trouvée. "Après les affaires et le Tour de France, il n'a pas été facile de prendre une décision. Nous avons beaucoup discuté avec des responsables du pouvoir sportif et des télévisions", a-t-il expliqué lors de la conférence de presse de présentation des résultats financiers pour le deuxième trimestre de Deutsche Telekom.Présente dans le cyclisme depuis 1991, l'équipe Telekom, rebaptisée T-Mobile en 2003, est l'une des plus importantes formations du peloton, bénéficiant de l'un des plus gros budgets avec 12 à 14 millions d'euros par an. Ancienne équipe de Jan Ullrich, à ce jour seul vainqueur allemand sur la Grande Boucle, elle a récemment été rattrapée par les affaires de dopage après les nombreuses révélations de ses anciens coureurs, mettant au jour un véritable réseau organisé. Depuis, T-Mobile s'est montré très actif dans la lutte anti-dopage, imposant un code de conduite à ses coureurs et renforçant les contrôles. Cela n'a cependant pas empêché le contrôle positif à la testostérone de son coureur Patrick Sinkewitz lors du dernier Tour de France. A la suite de ce contrôle, Deutsche Telekom avait indiqué réfléchir sur son avenir dans le cyclisme. Les chaînes allemandes ARD et ZDF avaient pour leur part renoncé à diffuser la Grande Boucle. Retransmises sur la chaîne Sat.1, les dernières étapes de l'épreuve ont réalisé des audiences catastrophiques, posant la question de l'intérêt du public allemand, déjà mis à mal par les forts soupçons de dopage pesant sur Jan Ullrich. Le Tour d'Allemagne, qui débute ce vendredi, tentera d'inverser la tendance alors qu'ARD a finalement décidé de maintenir la diffusion en direct de l'épreuve.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.