Fort rebond des cours du pétrole

 |  | 326 mots
Lecture 2 min.
Les prix du pétrole repartent en nette hausse ce jeudi au dessus de la barre des 120 dollars le baril. Le marché recommence à s'inquiéter pour l'approvisionnement mondial.

Les cours du pétrole repartent nettement à la hausse ce jeudi, gagant plus de deux dollars. Ils repassent ainsi au dessus de la barre des 120 dollars. Et pourtant, l'euro est en chute face au dollar - après les propos du patron de la BCE, la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet - alors que traditionnellement, c'est la chute du billet vert qui explique les rebonds des prix de l'or noir.

La question des risques sur l'approvisionnement est revenue sur le devant de la scène. BP a en effet déclaré un cas de force majeure, afin de se libèrer de ses obligations contractuelles vis à vis de ses clients, après l'interruption mardi soir du fonctionnement de son oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan, dans l'est de la Turquie, à la suite d'une explosion d'origine indéterminée. Il transporte d'habitude un million de barils de pétrole par jour. Son incendie 'incendie pourrait encore durer deux jours et sa remise en route deux semaines.

Les tensions politiques au Nigeria et celles liées au dossier iranien qui se font plus pressantes - la secrétaire d'Etat américaine (ministre des affaires étrangères) Condoleezza Rice a menacé l'Iran de nouvelles sanctions après son refus de répondre clairement à l'offre de coopération des Six grandes puissances en échange d'une suspension de l'enrichissement d'uranium - ainsi que la saison des ouragans, même si le dernier, Robert, a évité la plupart des infrastructures pétrolières, alimentent également la hausse des cours.

Pourtant ces derniers jours, le marché pétrolier avait préféré se focaliser sur la hausse de production de l'Opep, l'organisation des pays exportateurs de pétrole, et sur les perspectives de moindre demande, notamment aux Etats-Unis, en raison du niveau élévé des stocks, du ralentissement économique et du moindre recours à l'automobile, pour nourrir le fort recul des prix du brut, près de 25 dollars sous leur record de 147,27 dollars du 11 juillet dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :