Pékin veut relever le défi de la protection de l'environnement

 |   |  408  mots
La Chine va se doter pour la première fois d'un ministère de l'Environnement, dans le cadre d'une restructuration gouvernementale qui verra la création de cinq "super-ministères", a annoncé mardi l'agence Chine Nouvelle.

Après trente ans de forte croissance, la protection de l'environnement est devenu l'un des principaux défis à relever pour le géant chinois, l'un des pays les plus pollueurs de la planète. Pékin vient ainsi de faire un pas décisif : selon un projet soumis par le gouvernement et qui devait être discuté mardi à l'Assemblée nationale populaire (ANP, parlement), l'Agence de l'environnement (SEPA) sera élevée au rang de ministère.

Outre celui de la protection de l'environnement, les cinq "super-ministères" seront l'Industrie et l'Information, les Ressources humaines et la Sécurité sociale, le Logement et la Construction rurale et urbaine et le Transport, a précisé l'agence Chine Nouvelle. L'ANP, dont le rôle est essentiellement d'entériner les décisions du PCC (parti communiste), devrait adopter ces réformes avant la fin de sa session annuelle, mardi prochain.

Cette réorganisation était attendue, le parti communiste au pouvoir travaillant sur cette réforme depuis plusieurs mois. La Chine cherche en effet à mettre en place un gouvernement et une administration en phase avec son rapide développement économique.

"L'administration et les services publics sont trop faibles. La structure du gouvernement n'est pas rationnelle", a justifié le secrétaire du cabinet, Hua Jianmin, en présentant le projet devant les délégués du parlement. "Les pouvoirs sont souvent trop concentrés et insuffisamment contrôlés. Les abus d'autorités et la corruption perdurent", a-t-il ajouté, cité par Chine Nouvelle.

L'inflation toujours au plus haut
La Chine ne connaît pas de répit en ce début d'année sur le front de l'inflation, au plus haut ces deux derniers mois depuis plus de onze ans, laissant anticiper de nouvelles mesures pour tenter de l'endiguer. Une semaine après que le chef du gouvernement Wen Jiabao eut souligné que la hausse des prix constituait "la plus grande des préoccupations de la population", les chiffres de février, publiés ce mardi, ont confirmé une accélération de la hausse des prix : de 8,7% sur un an en février, après 7,1% en janvier. Le Bureau national des statistiques a souligné que des facteurs exceptionnels s'étaient conjugués, comme les tempêtes ayant paralysé une grande partie du pays en janvier-février, au moment même du Nouvel An chinois, avec la poursuite de la hausse des cours internationaux, notamment du pétrole, des métaux et des produits agricoles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :