Le pouvoir d'achat relatif des expatriés en Europe se dégrade

 |   |  310  mots
Dans le classement Mercer des villes les plus chères pour les expatriés, 7 villes européennes figurent dans les 10 premières. En revanche, les villes américaines deviennent moins coûteuses.

La principale communauté d' "expats", celle qui vit en Europe, devrait voir son pouvoir d'achat relatif baisser. Ils devront certainement exiger un réajustement de leurs primes d'expatriation à leurs employeurs. C'est ce que montre une étude de Mercer, spécialiste des ressources humaines, publiée ce jeudi 24 juillet.

Afin de classer les villes les plus chère au monde, Mercer a enquêté en mars 2008 dans 143 villes pour comparer le panier de l' "expat" composé de 200 biens et services de consommation (logement, transports, nourriture, habillement, loisirs ...).

Sur les 10 villes les plus chères du monde, 7 sont européennes. Dans l'ordre, il s'agit de Moscou (1°), Londres (3°), Oslo (4°), Copenhague (7°), Genève (8°), Zurich (9°) et Milan (10°). Les trois autres villes les plus chères sont toutes situées en Asie. Il s'agit de Tokyo (2°), Séoul (5°) et Hong Kong (6°). New York, la ville la plus chère des Etats-Unis ne figure qu'en 22° position.

Mercer prend pour base un indice 100, le coût de la vie d'un "expat" à New York. Moscou, la ville la plus chère, atteint l'indice 142,4. La ville la moins coûteuse, Asuncion, au Paraguay, s'établit à l'indice 52,5. Tokyo est à l'indice 127, Londres à 125, par exemple.

En un an, depuis la dernière étude Mercer de 2007, le classement a été chamboulé. Certes, Moscou figure en tête des deux classements. Mais Oslo passe de la 10° à la 4° place. Genève et Milan gagnent une place. Plus fort, Prague passe de la 49° à la 29° place, Varsovie grimpe de la 67° à la 35° place et Istanbul gagne 15 places en un an. Toutes les villes des Etats-Unis, en revanche, deviennent relativement moins coûteuses.

L'explication réside dans l'effondrement du dollar face à la quasi-totalité des autres monnaies avantage les expatriés français qui vivent aux Etats-Unis et ils sont nombreux. L'expansion économique de l'Inde et des dragons baltes renchérit fortement le coût de la vie dans ces pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :