La France pourrait perdre sa place de premier producteur mondial de vins d'ici 2015

 |   |  284  mots
Selon une étude du Credoc, la France serait détrônée de sa place de numéro un mondial des pays producteurs de vins par l'Espagne. En cause: le changement dans les modes de consommation et l'érosion de la compétitivité des vins français.

C'est une révolution qui s'annonce dans le monde du vin. Selon une étude du Credoc (centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) pour les Vignerons indépendants, la France pourrait en effet perdre sa place de premier producteur mondial de vin d'ici 2015 au profit de l'Espagne.

En cause: le changement dans les modes de consommation et l'érosion de la compétitivité des vins français. La production française passerait ainsi de 52,8 millions d'hectolitres sur la période 2000-2004 à 43,9 millions en 2015, suivant la diminution des volumes consommés déjà perspectible. Selon le Credoc, la baisse de la consommation est estimée à 2,6% par an entre 2000 et 2008 et 1,1% entre 2008 et 2015.

Concernant les exportations, les vignerons français vont pâtir d'une perte de parts de marché sur les marchés traditionnels (Europe de l'Ouest) et sur les marchés émergents (Royaume-Uni, Etats-Unis, Chine et Japon), face à la concurrence des nouveaux producteurs en Amérique et en Océanie, souvent plus agressifs et efficaces commercialement. Sur les douze principaux marchés étrangers (81% des ventes françaises), les exportations en volume baisseraient de 1,1% en moyenne par an entre 2005 et 2015.

Face à ce déclin programmé, les Vignerons indépendants, qui représentent 35% des exploitations viticoles françaises, 53% du vignoble nationale et 49% de la production nationale, estiment toutefois qu'ils vont pouvoir résister même si des adaptations aux nouveaux modes de consommation seront nécessaires.

Parmi les solutions envisagées, les vignerons proposent le regroupement de certaines exploitations dans le domaine de la logistique, voire du commercial, à la fois pour limiter les coûts mais également pour obtenir un meilleur accès aux circuits de distribution, en particulier les grandes surfaces.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :