Heineken ne tient pas ses promesses en 2007

 |   |  405  mots
Le brasseur néerlandais a dégagé en 2007 un bénéfice net de 807 millions d'euros, soit une chute de 33,4% par rapport à 2006. Ce résultat est inférieur à celui pronostiqué par les analystes sondés par l'agence Thomson Financial, qui avaient prévu un bénéfice net de 869 millions d'euros.

Heineken, qui vient de conclure le rachat de Scottish & Newcastle en partenariat avec Carlsberg, a dégagé en 2007 un bénéfice net de 807 millions d'euros, soit une chute de 33,4% par rapport aux 1,211 milliard d'euros de 2006, selon un communiqué publié mercredi par le brasseur néerlandais. Ce résultat est inférieur à celui pronostiqué par les analystes sondés par l'agence Thomson Financial, qui avaient prévu un bénéfice net de 869 millions d'euros. Réparti par action, le bénéfice du groupe est de 1,65 euro contre 2,47 euros en 2006.

Cette baisse s'explique par des charges accrues en 2007, à 301 millions d'euros, alors que l'année précédente le groupe avait enregistré des bénéfices exceptionnels de 291 millions d'euros. Les prix des matières premières ont augmenté, explique Heineken, ajoutant que cette hausse a pu être intégrée dans la hausse des prix de vente de ses bières. La hausse des prix des matières premières devrait se poursuivre, de 15% globalement et de 3 à 4% en Europe, selon la direction, qui prévoit de la digérer par une nouvelle hausse de ses prix de vente.

Toutefois, Heineken n'augmentera pas ses prix aux Etats-Unis, qui représentent une part substantielle de son chiffre d'affaires (2,043 milliards d'euros en 2007, en hausse de 3,4%). La direction du groupe veut en outre redynamiser ce marché en y lançant cette année une campagne publicitaire. Le chiffre d'affaires annuel du groupe a augmenté de 6,2% à 12,564 milliards d'euros contre 11,829 milliards d'euros l'année précédente. En Europe, le chiffre d'affaires a progressé de 1,9% à 5,450 milliards d'euros.

Le bénéfice opérationnel pour 2007 a reculé à 1,53 milliard d'euros, en baisse de 16%, ce que la direction attribue à une amende qui lui a été imposée par la Commission européenne pour ententes illégales sur les prix des bières.
"2007 était une excellente année", a déclaré le PDG du groupe Jean-François van Boxmeer, se référant à la croissance autonome de 23% du bénéfice net.

Pour 2008, il prévoit, en dépit des difficultés du marché, "que nous serons à nouveau assez forts pour réaliser une croissance positive" et table sur une "croissance autonome du bénéfice net", malgré la hausse des prix à la production et des perspectives économiques incertaines. Heineken a estimé avoir réalisé des réductions de coûts de 191 millions d'euros en 2007, et en prévoit encore 150 cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :