Téhéran met la pression sur Total et Shell

 |   |  154  mots
Selon les sources, les deux groupes ont jusqu'au 18 avril ou au 19 juin pour boucler le financement de leurs projets sur le champ iranien de South Pars.

Pour leurs projets en Iran, Total et Shell doivent-ils croire Seifollah Jashnsaz, le patron de la National Iranian Oil Company ou son directeur général adjoint, Ali Avakili, cités respectivement par les agences Fars et Isna ?

Selon le premier, le pétrolier français et son homologue anglo-néerlandais auraient jusqu'à jeudi, le 18 avril, pour conclure un accord sur le financement de l'exploitation du champ énergétique géant (gaz et pétrole) de South Pars. Mais le second a évoqué une échéance plus lointaine, vers la mi-juin, le 19 précisément.

En octobre, Téhéran avait donné jusqu'à la mi-2008 à Total et Royal Dutch Shell pour aboutir à un accord sur South Pars. Leurs investissements y ont été retardés par des dépassements de coûts. S'ils perdent leurs licences, l'Iran se dit prête à conclure des accords avec d'autres compagnies pétrolières européennes et surtout asiatiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :