Bruxelles veut rendre obligatoires les étiquettes nutritionnelles sur les aliments

 |   |  299  mots
Un projet de règlement propose que soit indiquée la présence de six nutriments essentiels afin de permettre des choix éclairés pour une alimentation saine. Si ce projet est adopté, l'industrie agro-alimentaire disposera de trois ans pour s'adapter.

Le commissaire européen à la Santé veut rendre obligatoire l'étiquetage nutritionnel. Markos Kyprianou propose, ce mercredi 30 janvier, que soit apposée à l'avant des paquets d'aliments et de boissons une étiquette détaillant la présence de six nutriments essentiels: valeur énergétique, glucides, sucre, lipides, acides gras saturés et sel.

Ces éléments seront indiqués en valeur absolue, pour cent grammes ou cent millilitres de produit, voire pour une portion, mais la présentation sera choisie librement, selon ce nouveau texte appelé à remplacer et simplifier huit lois existantes. Une mention séparée indiquera l'apport nutritionnel journalier recommandé. Les indications seront imprimées en lettres d'au minimum 3 mm de hauteur.

Son objectif est de "donner au consommateur européen les moyens de faire le choix d'une alimentation équilibrée", en précisant les informations essentielles "de façon claire et lisible" sur les étiquettes et, ainsi, de lutter contre l'obésité et la surcharge pondérale dont est victime plus de la moitié de la population adulte et un quart des écoliers de l'Union européenne.

Cette proposition doit faire l'objet d'un règlement. Une fois ce texte adopté, la Commission donnera trois ans aux industriels de l'agro-alimentaire pour s'adapter. Les petites entreprises de moins de dix employés disposeront d'un délai de cinq ans.

Le projet de règlement épargne les boissons alcoolisées
Si les "alcopops", ces boissons alcoolisées et sucrées, devront porter les étiquettes prévues par le projet de règlement, en revanche ce texte ne s'appliquera pas aux boissons alcoolisées au sens strict (vin, bière, spiritueux). Toutefois, dans cinq ans, un rapport sera rédigé et permettra de trancher définitivement. Trois tentatives législatives ont échoué en vingt-cinq ans pour mieux étiqueter le contenu des alcools.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :