La France, l'Espagne et l'Italie réclament des aides européennes aux pêcheurs

 |   |  356  mots
Confrontés aux mécontentements des pêcheurs face à l'envolée du prix du gazole, ces pays réclament des aides directes versées par l'Union européenne. La Commission critique l'idée de Nicolas Sarkozy de plafonner la TVA sur les carburants.

La colère des pêcheurs qui dure depuis deux semaines en France s'étend aux autres pays européens, en particulier l'Espagne. La principale organisation patronale de la pêche espagnole, la Cepesca, a lancé un appel à une "grève illimitée" à partir de vendredi et un mouvement de grève a débuté lundi dans plusieurs ports de pêche catalans. Si bien qu'une réponse à la crise du gazole cher au niveau européen est souhaitée par la France, l'Espagne mais aussi l'italie.

La France et l'Espagne ont demandé mardi que l'Union européenne verse des aides directes aux pêcheurs européens pour compenser l'augmentation du prix du gazole. "L'Espagne demande des mesures au niveau communautaire", a déclaré à la presse la ministre espagnole de la Pêche, Elena Espinosa, en marge d'une réunion avec ses collègues européens en Slovénie. Une position soutenue par le ministre français de la Pêche, Michel Barnier. "Je songe aussi à une forme d'intervention européenne directe" face à la gravité de la situation, a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse.

Le ministre italien de la Pêche Luca Zaia a affirmé de son côté militer aux côtés de la France "pour augmenter le seuil des aides de minimis". Les aides dites "de minimis" sont les subventions que peuvent verser les Etats de l'UE à leurs pêcheurs nationaux sans avoir besoin d'en référer à la Commission européenne car considérées comme n'entravant pas la concurrence au sein de l'Europe des 27.

Par ailleurs, la Commission européenne a critiqué l'idée de Nicolas Sarkozy de plafonner le prélèvement de la TVA sur le prix du pétrole pour limiter les effets de la flambée du brut, qui enverrait selon elle "un mauvais signal" aux pays producteurs de pétrole. Cela voudrait dire que ces pays "peuvent augmenter les prix du pétrole", puisqu'au final, ce seront les taxes des pays consommateurs qui seront ajustées, a déclaré le porte-parole de la Commission sur les questions énergétiques, Ferran Tarradellas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :