Arc International dément la suppression de 3.000 emplois d'ici la fin de l'année

 |   |  288  mots
Le groupe français d'Art de la table a démenti formellement l'information du syndicat FO Chimie selon laquelle la direction avait prévu de couper massivement de nouveau dans ses effectifs.

Suite à un communiqué de Force Ouvrière (FO) Chimie annonçant la suppression de près de 3.000 postes d'ici la fin 2008 au sein du groupe français d'art de la table, Arc International, basé dans le Pas-de-Calais, la direction du groupe a "démenti formellement" cet après-midi cette information. Lors d'une conférence de presse téléphonique, le directeur des ressources humaines José-Maria Aulotte, a déclaré: "J'oppose un démenti le plus formel" à l'annonce de FO qui est "sans fondement".

La fédération chimie de FO avait affirmé une heure plus tôt dans un communiqué que la direction d'Arc devrait "mettre en oeuvre" un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE, plan social) destiné à "supprimer d'ici au 31 décembre 2008", "près de 3.000" emplois dont une moitié "au titre de sureffectifs" et l'autre sur "des services tels que le gardiennage, les espaces verts, l'entretien des locaux que la direction veut externaliser".La direction d'Arc a lancé en 2004 un plan sur 4 ans qui prévoyait 2.659 suppressions d'emplois pour améliorer la compétitivité et "nous avons pris l'engagement de ne procéder à aucun licenciement collectif jusqu'à la fin 2008", a précisé José-Maria Aulotte.

Ce plan avait une "hypothèse" de sureffectifs à fin 2008 évaluée à 1.200 personnes, a-t-il rappelé. Ce dernier n'a pas voulu préciser le nombre actualisé de personnes en sureffectif, en expliquant qu'une réunion avec les organisations syndicales était prévue le 5 février pour "faire le bilan du plan 2004-2008 et discuter des perspectives du site d'Arques". Groupe à l'actionnariat familial, Arc, (ex-Verreries Cristal d'Arques), leader mondial des arts de la table, employait en 2006 quelque 16.500 personnes dans le monde (dont 8.500 à Arc), et a réalisé un chiffre d'affaires de 1,4 milliard d'euros en 2006.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :