Bruxelles débloque 600 millions d'euros pour les pêcheurs français

 |   |  445  mots
Face à la hausse des prix du pétrole et aux difficultés croissantes des pêcheurs, Bruxelles concède enfin une aide financière. L'enveloppe sera de 600 millions d'euros.

La Commission européenne a annoncé, ce mardi, son intention de débloquer jusqu'à 600 millions d'euros pour aider les pêcheurs de l'UE à faire face à l'envolée des prix du carburant. Cet argent est inclus dans un plan d'aide d'urgence plus général mis au point par la Commission après les manifestations des dernières semaines, en France, en Espagne et en Italie principalement.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a pesé de tout son poids pour en imposer l'adoption par ses services, passant outre les réticences d'un certain nombre de ses collègues commissaires, réticents à dégager de nouvelles subventions, selon des sources européennes. Il y a été fortement encouragé par la France, dont les autorités ont longtemps critiqué l'inaction de Bruxelles face au désarroi des pêcheurs, frappés de plein fouet par l'augmentation de 240% du prix du gazole.

Les mesures de soutien vont être financées via le Fonds européen pour la pêche, une enveloppe budgétaire de l'UE de 4,3 milliards déjà programmée pour 2007-2013. En plus, "la Commission a promis jusqu'à 600 millions d'euros pour financer ce plan d'action temporaire particulier, visant à aider l'industrie de la pêche à s'adapter aux prix élevés du pétrole", souligne le communiqué publié ce mardi, qui précise ainsi les grandes lignes de ce projet déjà présentées le 17 juin.

Dans le détail, Bruxelles propose notamment de relever les plafonds d'aides publiques autorisées dans le secteur, de 30.000 euros sur trois ans actuellement par entreprise de pêche, à 100.000 euros, comme le demandaient notamment la France et l'Italie.

La Commission se dit également prête à autoriser les Etats à verser des "aides d'urgence" aux pêcheurs qui restent temporairement à quai, pendant une période maximale de trois mois, pour couvrir leurs frais d'équipage et leurs coûts fixes. A condition toutefois que cela entre dans le cadre d'un plan de restructuration.

Bruxelles veut en outre se montrer plus flexible dans l'utilisation par les Etats des fonds européens d'aide à la pêche et élargir le champ des pré-retraites financées avec le soutien de l'UE.

Le plan doit encore être approuvé par les ministres européens de la Pêche. Ces derniers devraient en discuter dans le courant du mois de juillet.

Il n'est toutefois pas sûr que cela suffise à apaiser le courroux de la profession. Les mesures annoncées ont surtout pour objectif d'encourager in fine la restructuration du secteur, qui souffre de surcapacités chroniques, alors que les pêcheurs réclament principalement que le prix du gazole soit réduit pour eux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :