Le patron de la Banque Mondiale réclame une réflexion sur les biocarburants

Robert Zoellick appelle les Etats-Unis à s'interroger sur les conséquences éventuelles néfastes d'une forte promotion des carburants verts.

Dans le débat qui prend de l'ampleur sur les risque du développement des biocarburants qui détournent les terres agricoles de leur usage premier, produire des aliments pour la planète, nourrissant la flambée actuelle des prix, le patron de la Banque Mondiale fait entendre sa voix et met la pression sur son propre pays, les Etats-Unis.

Robert Zoellick incite en effet Washington à réfléchir aux conséquences de sa politique de promotion des biocarburants sur la flambée actuelle du prix des produits alimentaires. "Le pays doit mesurer cet effet sur un ensemble de questions humanitaires", a-t-il lancé lors d'une conférence de presse à Mexico.

Le gouvernement américain actuel mise sur la production d'éthanol à partir du maïs pour dimuner la dépendance du pays vis-à-vis des autres grands producteurs de pétrole. Les biocarburants absorbent déjà plus du quart de la production américaine de maïs. Le président George Bush a récemment minoré l'impact du développement des biocarburants sur la flambée des prix alimentaires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.