L'Allemagne revoit sa copie sur la protection de ses secteurs stratégiques

 |  | 204 mots
Lecture 1 min.
La loi en préparation pour interdire une prise de participation étrangère de plus de 25% dans certains secteurs stratégiques pourrait ne pas s'appliquer aux investisseurs domiciliés dans l'Union européenne.

Le patriotisme économique à l'allemande recule sous la pression de Bruxelles. Le projet de loi permettant au gouvernement allemand de rejeter une prise de participation étrangère de plus de 25% dans certains secteurs stratégiques pourrait ne pas s'appliquer aux investisseurs domiciliés dans l'Union européenne.

Selon la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) de ce jeudi 10 janvier, qui révèle l'information, le gouvernement s'apprête à assouplir son projet de loi car les instances de l'Union ont émis des réserves sur le projet. Bruxelles considère en effet que ce projet violerait la liberté de circulation des capitaux au sein de l'UE.

Le projet de loi est actuellement examiné par les différents ministères allemands et devrait être soumis au conseil des ministres dans quelques semaines, selon la FAZ. L'objectif est de freiner les visées des fonds d'Etat, en provenance de Russie, de Chine ou des pays du Golfe par exemple, et dont un certain nombre de pays craignent l'intrusion dans des secteurs sensibles comme les télécommunications ou la défense.

Depuis 2004, comme la France, l'Allemagne tente de trouver une parade aux investissements jugés indésirables dans ses secteurs stratégiques tout en respectant les règles européennes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :