Aufeminin.com se déploie en Allemage

Le groupe a passé un accord en vue de l'acquisition des actifs d'Onmeda (portail santé d'Omvista AG), numéro un des portails de santé en Allemagne. Onmeda affiche 740.000 visiteurs uniques pour une audience à 57% féminine

La cotation de l'action Aufeminin.com a été suspendue ce vendredi à partir de 12h00 (10h GMT) à la demande de la société et dans l'attente d'un communiqué, a annoncé une porte-parole de NYSE Euronext Paris.

Dans une interview accordée à l'agence Reuters le 10 juin dernier, Bertrand Stephann, PDG du premier éditeur européen de sites Internet pour femmes, racheté en 2007 par le groupe Axel Springer, avait déclaré qu'il comptait réaliser la moitié de son chiffre d'affaires hors de France dans les deux ou trois ans à venir et qu'il étudiait des acquisitions dans les pays où il est déjà présent.

Ces déclarations ne sont pas restées vaines: Aufeminin.com annonce avoir passé un accord en vue de l'acquisition des actifs d'Onmeda (portail santé d'Omvista AG), numéro un des portails de santé en Allemagne, au travers de sa filiale allemande Gofeminin.de.

Le premier éditeur européen de sites destinés aux femmes, racheté l'année dernière par le groupe allemand d'édition Axel Springer, précise dans un communiqué que le chiffre d'affaires d'Onmeda se répartit entre la publicité (60%) et la syndication de contenu (40%). "Onmeda a réalisé en 2007 un chiffre d'affaire de 1,5 million d'euros pour un exercice légèrement bénéficiaire et prévoit une forte croissance sur l'exercice 2008", ajoute Aufeminin.com. Onmeda affiche 740.000 visiteurs uniques pour une audience à 57% féminine, tandis que le site Gofeminin.de, filiale d'Aufeminin.com, totalise aujourd'hui "plus de deux millions de visiteurs uniques".

"L'acquisition d'Onmeda (...) conforte notre positionnement auprès du public féminin. De plus, ce rapprochement nous permet d'élargir notre offre publicitaire aux annonceurs du secteur pharmaceutique. Au-delà de nous renforcer sur le marché allemand, Onmeda se présente ainsi comme un socle pour la croissance future en Europe", a déclaré Bertrand Stephann, président d'Aufeminin.com, cité dans le communiqué.

En avril le titre Aufeminin.com avait beaucoup souffert alors que le groupe avait annoncé des résultats au titre de son premier trimestre très décevants. Le bénéfice net avait fléchi à 1,36 million d'euros contre 1,91 million un an plus tôt. La chute avait été du même ordre en ce qui concerne le bénéfice opérationnel qui, à 1,9 million d'euros, accuse une baisse de 31%.

Dans son communiqué, le groupe explique ce recul par les investissements qu'il a menés, pour "renforcer ses structures afin d'accompagner le développement international et de développer le contenu de ses sites". Le groupe justifie l'augmentation des coûts par l'augmentation des effectifs.

Le groupe soulignait toutefois le niveau élevé de sa marge opérationnelle qui atteint 38% du chiffre d'affaires sur les trois premiers mois de l'année. Elle était de 59% au premier trimestre 2007. Quant à l'activité, elle affiche une croissance de 8% avec un chiffre d'affaires de 4,99 millions d'euros.

C'est l'allemand Axel Springer qui a mis la main sur le groupe l'été dernier. Désireux de placer la barre vers l'édition numérique, l'homme d'affaires valorisait à l'époque le numéro un des sites féminins 284 millions d'euros, soit 20,6 fois son résultat brut d'exploitation (Ebitda) 2007. Cette société développe également les portails thématiques Marmiton (premier site dédié à l'univers culinaire), Teemix (premier site féminin dédié aux jeunes filles), Joyce (luxe), Santé AZ (féminin santé), Tiboo (grossesse-enfance), et Voyage-Bons-Plans.

Avant sa suspension, le titre Aufeminin.com cotait 13,50 eros (-1,46%).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.