Bernard Thibault demande à François Fillon de modifier le projet de réforme portuaire

 |   |  241  mots
Les grèves motivées par la réforme portuaire, à l'appel de la CGT des ports et docks, continuent à perturber l'activité dans les ports.

Le leader de la CGT entre dans le débat sur la réforme portuaire. Et ce alors qu'une nouvelle grève nationale est prévue vendredi et que des grèves perlées perturbent quotidiennement l'activité portuaire française. Bernard Thibault a aujourd'hui demandé au Premier ministre François Fillon de retirer du projet de loi sur la réforme des ports autonomes la question de la privatisation de la manutention, point le plus délicat du texte.

"Vous avez la possibilité d'annoncer le retrait par amendement du gouvernement des dispositions du texte sur le transfert d'outillage, d'installations portuaires et des salariés qui en assurent le fonctionnement et la maintenance", écrit le secrétaire général de la CGT dans une lettre. Cela permettrait de "limiter la portée de la loi immédiate à l'objectif de mise en oeuvre du commandement unique, qui fait l'unanimité, sans décider unilatéralement de ses modalités", poursuit Bernard Thibault. Selon lui, "le développement des activités portuaires peut s'envisager sous une maîtrise publique".

Le projet de loi sur la réforme portuaire a été présenté en Conseil des Ministres le 23 avril. Son passage devant le Sénat est prévu pour les 20 et 21 mai. Depuis plus de trois semaines, la CGT des ports et docks, ultra majoritaire dans le secteur, appelle à une série d'arrêts de travail, pour protester contre le transfert au privé des grutiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :