EDF garde le contrôle de l'italien Edison

L'électricien français va garder encore pendant trois ans le contrôle du groupe italien d'électricité et de gaz.

Le groupe EDF va garder encore pendant trois ans le contrôle du groupe italien d'électricité et de gaz Edison, après la reconduction tacite d'un pacte d'actionnaires liant EDF à la holding italienne Delmi à partir du 15 septembre, a-t-on appris aujourd'hui auprès d'EDF, confirmant des informations de La Tribune.

"Le pacte d'actionnaires qui assure à EDF et Delmi depuis mi-septembre 2005 le contrôle d'Edison est renouvelé pour une nouvelle période de trois ans à compter du 15 septembre 2008", a indiqué une porte-parole d'EDF dans une déclaration. "Aucune des deux parties qui, selon les dispositions des accords, avaient la possibilité de dénoncer ce pacte six mois avant son échéance, n'a souhaité le faire. Le pacte est par conséquent renouvelé par tacite reconduction jusqu'au 15 septembre 2011", a-t-elle ajouté.

Les parties pouvaient dénoncer le pacte jusqu'à samedi soir minuit, a toutefois précisé le groupe.Le capital d'Edison, depuis une augmentation de capital début janvier, est détenu à 19,4% directement par EDF et à 61,3% par une holding Transalpina di Energia (TdE), elle-même détenue à 50% par EDF et à 50% par la holding Delmi.Cette derniére est elle-même détenue à 51% par A2A, le groupe de services collectifs de la ville de Milan AEM et de celle de Brescia ASM, et à 49% par un groupement de banques et de régies municipales Enia, Sel, Dolomiti Energia.

Le capital d'Edison est aussi contrôlé à 10% par l'homme d'affaires Romain Zaleski. En droits de vote, EDF conserve 50% de ses droits au sein d'Edison.

En septembre, le patron d'Edison, Umberto Quadrino, administrateur délégué, s'était montré confiant dans le renouvellement du pacte, et avait démenti des rumeurs évoquant une fusion de son groupe avec AEM et ASM. A2A avait souhaité un renforcement des pouvoirs des actionnaires italiens au sein d'Edison.

Selon la presse italienne, EDF et ses partenaires italiens se sont opposés à plusieurs reprises sur la stratégie d'Edison, le français priviliégiant le moyen-long terme et le renforcement de la clientèle de particuliers tandis que les italiens veulent accroître la rentabilité à court terme et le rôle du groupe dans la production.Edison a enregistré un recul de 24% de son bénéfice net en 2007 en raison d'une imposition défavorable. Pour 2008, Edison table sur des résultats "en ligne avec ceux de 2007".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.