Nouvelles levées de fonds en perspective pour Citigroup et Merrill Lynch

 |   |  382  mots
Les deux grandes banques américaines, ébranlées par la crise du subprime, sont en négociations avec des fonds souverains pour lever des milliards de dollars de fonds propres.

Les grandes banques américaines sont toujours à la recherche de solutions pour consolider leur position financière, durablement ébranlée par la crise du subprime. Selon le Wall Street Journal de ce jeudi matin, deux des plus gros groupes du secteur, Citigroup et Merrill Lynch, sont en cours de négociations pour obtenir de nouvelles injections de fonds conséquentes de la part de fonds souverains.

Le quotidien des affaires américain affirme ainsi que Citigroup pourrait recevoir jusqu'à 10 milliards de dollars, soit 6,8 milliards d'euros, apportés par des fonds d'Etat étrangers. Quant à la banque d'affaires Merrill Lynch, elle lèverait 3 à 4 milliards de dollars, essentiellement de la part d'un fonds souverain du Moyen-Orient.

Autre information apportée par le WSJ: le conseil d'administration de Citigroup envisage une réduction de moitié du dividende du groupe, ce qui lui permettrait d'économiser plus de cinq milliards de dollars par an.

Ces différentes initiatives visent à consolider la situation financière de ces établissements, qui ont été profondément secoués par la crise des crédits immobiliers à hauts risques subprime. Citigroup, Merrill Lynch et bien d'autres ont été contraints de passer de colossales provisions pour faire face aux pertes enregistrées dans ce domaine.

Du coup, il leur faut trouver les moyens de se recapitaliser. Moyens qui, ces temps-ci, semblent disponibles essentiellement auprès des fonds souverains, c'est-à-dire ces fonds créés par des Etats pour investir leurs avoirs financiers. Au premier rang de ces Etats, on trouve les pays pétroliers, qui bénéficient actuellement de la manne apportée par la flambée des prix du brut, ou la Chine, qui recycle ainsi ses colossaux excédents commerciaux.

Merrill Lynch a donc déjà cédé en décembre une participation allant jusqu'à 7,5 milliards de dollars dans son capital à un fonds souverain de Singapour et à un gérant d'actifs. La banque d'affaires américaine Morgan Stanley a, elle, annoncé qu'elle recevrait cinq milliards de dollars d'investissements d'un fonds souverain chinois, après avoir inscrit pour 9,4 milliards de dollars de dépréciations d'actifs.

Quant à Citigroup, la banque a accepté de vendre jusqu'à 4,9% de son capital à un fonds d'Abou Dhabi, pour 7,5 milliards de dollars, alors qu'un autre fonds de Singapour a injecté 9,75 milliards de dollars dans la banque suisse UBS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :