Nouveau revers pour Hillary Clinton dans la course à l'investiture démocrate

Le Parti démocrate a opté pour un compromis consistant à accorder une demi-voix aux délégués de Floride et du Michigan, provoquant la colère de l'entourage d'Hillary Clinton qui se réserve le droit de faire appel de cette décision.

Nouveau coup dur pour Hillary Clinton avec la décision du Parti démocrate de n'accorder qu'une demi-voix aux délégués de Floride et du Michigan. Les résultats des primaires dans ces deux Etats n'avaient pas été pris en compte par la direction nationale du parti qui entendait ainsi les sanctionner pour avoir fixé la date de leurs consultations en janvier, au mépris du règlement interne du parti. L'ex-première dame, sortie victorieuse de ces deux scrutins, avait demandé qu'ils soient pleinement reconnus.

Mais lors d'une réunion animée du comité chargé d'établir les règles de fonctionnement du parti, un compromis a été adopté permettant à l'ensemble des délégués des deux Etats de siéger lors de la convention mais en ne leur accordant qu'une demi-voix. Dans le cas contesté du Michigan, la solution retenue n'accorde qu'un avantage marginal à Hillary Clinton (69 délégués dotés d'une demi-voix contre 59) alors qu'elle en revendiquait 73 délégués pour elle et aucun pour Barack Obama, dont le nom n'apparaissait pas sur les bulltins de vote.

Ces décisions ne permettent à Hillary Clinton de n'obtenir qu'un gain net de 24 délégués, sans lui permettre de combler significativement l'écart avec Barack Obama. Le sénateur de l'Illinois n'a désormais plus besoin que du soutien de 66 délégués supplémentaires pour s'assurer l'investiture démocrate. Quatre-vingt six délégués seront répartis à la proportionnelle lors des primaires de Porto Rico, dimanche, du Montana (nord-ouest) et du Dakota du Sud (nord), mardi. Quelque 190 "super délégués", des élus et cadres du parti libres d'endosser le candidat de leur choix, n'ont pas encore fait connaître leur décision.

Le camp d'Hillary Clinton menace cependant de faire appel de cette décision lors de la convention démocrate qui se déroulera à Denver du 25 au 28 août. "Nous nous réservons le droit de contester cette décision devant la Commission de vérification des pouvoirs et appelons à une répartition juste des délégués du Michigan qui reflète véritablement les votes", ont déclaré Harold Ickes et Tina Flournoy, partisans de Clinton et membres du comité, dans un communiqué commun. Si tel était le cas, le parti pourrait ne pas avoir de candidat officiel avant cette convention qui risquerait alors d'être très houleuse. Le président du parti Howard Dean a pourtant souligné samedi l'urgence de rassembler maintenant le parti pour mieux affronter John McCain le 4 novembre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.