La tempête boursière continue en Asie

Sans orientation de la part de Wall Street - fermé lundi pour cause de jour férié - les Bourses d'Asie ont subi ce mardi de nouvelles pertes très importantes. Tokyo a terminé la séance sur un plongeon de 5,36%, Shanghai de 7,22%, Hong-Kong de 8,65%. Les investisseurs appréhendent la reprise des cours à la Bourse de New York cet après-midi.

Au lendemain d'une journée noire sur l'ensemble de la planète boursière (à l'exception de Wall Street fermé lundi pour cause de jour férié), les Bourses asiatiques ont de nouveau chuté ce mardi. La dégringolade a dépassé 5% à Tokyo à la clôture à 12.573,05 points, la Bourse terminant à son plus bas niveau depuis le 8 septembre 2005. A Shanghai, la baisse a été encore plus forte, de 7,22% à 4.914,43 points.

A Hong-Kong, la chute était encore plus vertigineuse: -8,65% à la clôture. A Bombay, la Bourse a automatiquement suspendu ses échanges pour au moins une heure après une chute vertigineuse de 9,7% à l'ouverture. Le marché indien s'est repris par la suite, la Bourse ne perdant plus que 4,97% à la clôture. Les cours ont également été suspendus à Séoul alors que l'indice Kospi affichait une perte de 6,16%.

Sur tout le reste du continent, les investisseurs vendaient massivement leurs actions pour la deuxième journée consécutive. A la pause de midi, Singapour chutait de 4,83%, Kuala Lumpur de 3,99%. Jakarta plongeait de 8,79% dans les premiers échanges de l'après-midi et Sydney de 5,97%. Manille a terminé la séance sur une perte de 5,52%.

Les marchés d'Asie avaient déjà vécu une journée noire lundi, contaminant les places européennes qui ont encaissé leurs plus fortes baisses depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. "La dégringolade de ce mardi est une conséquence de la chute des Bourses européennes. Il est à craindre que les problèmes de 'subprimes' aux Etats-Unis déclenchent non seulement une récession là-bas, mais aussi un ralentissement économique mondial", estime Allen Lin, analyste chez Concord Securities à Taïpeh, cité par l'Agence France Presse. "On craint de plus en plus que le ralentissement économique aux Etats-Unis se propage à d'autres parties du monde. On assiste à une panique soudaine, à cause des perspectives de l'économie et des marchés d'actions mondiaux", ajoute pour sa part Howard Gorges, vice-président de South China Securities à Hong Kong.

La baisse a également concerné les métaux industriels, comme le zinc ou le cuivre, et le pétrole, dont la demande pourrait refluer si l'activité de la première économie de la planète ralentit. Le baril de Brent à Londres a perdu 40 cents à 87,11 dollars. Le brut léger américain cède lui 60 cents à 88,20 dollars. "Ça ressemble à des funérailles. Nul ne sait ce qui va se passer ce soir à New York. C'est comme si nous devenions aveugles, comme si nous étions incapables de savoir ce qui est en train d'arriver", estime enfin Ken Masura, de la société japonaise Shinko Securites. "Si Wall Street chute encore aujourd'hui (mardi), et si le gouvernement américain ne trouve pas une sorte de réponse politique, il nous faudra accepter de nouvelles chutes à venir", prévient Takashi Ushio, de Marusan Securities. "Il faut que les Américains agissent de façon spectaculaire."

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.