Danske Bank lance un avertissement sur ses résultats 2008

Le premier groupe bancaire et d'assurances danois a enregistré en bénéfice net en chute de 33% au premier trimestre, nettement inférieur aux attentes. Du coup, il a du revoir en forte baisse ses prévisions de résultats pour l'ensemble de l'année.

Le premier groupe bancaire et d'assurances danois, Danske Bank (DB), ne se sort pas de la crise du "subprime". Déjà durement touché par les turbulences sur les marchés financiers, le groupe a annoncé ce mardi un bénéfice net en chute de 33% au premier trimestre, à 2,56 milliards de couronnes danoises (344 millions d'euros) contre 3,82 milliards sur la période correspondante de 2007. C'est le troisième bénéfice trimestriel consécutif qui affiche une forte baisse.

Le résultat avant impôts a diminué également de 35,5% à 3,41 milliards de couronnes pour 5,29 milliards un an plus tôt. De son côté, le produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaires) a diminué simultanément de 6,4% à 10,27 milliards contre 10,98 milliards au premier trimestre 2007.

Dans le détail de l'activité, les revenus nets des intérêts ont été en hausse de 8,7% à 6,23 milliards et ceux tirés des commissions ont été quasiment stables à 2,21 milliards contre 2,23 milliards.

Ces résultats sont nettement inférieurs aux attentes des analystes qui tablaient sur un résultat net de 2,82 milliards et un bénéfice imposable de 3,83 milliards. "Les turbulences ont touché notamment le secteur d'assurances-vie de DB au Danemark, où Danica Pension a connu un résultat négatif alors que les activités à l'international du groupe (présent en Norvège, Suède, Finlande, Irlande du Nord et dans les pays baltes) ont connu un essor au premier trimestre", a souligné le patron de la banque, Peter Straarup.

Ainsi les activités internationales ont enregistré une croissance des revenus de 19% et représentent maintenant 37% des revenus du groupe lors de la période sous revue.

Face à ces mauvais résultats, la banque a du lancer un avertissement sur ses résultats pour l'ensemble de l'année. La direction a ainsi révisé en forte baisse ses prévisions pour 2008, tablant désormais sur un bénéfice net en recul de 6 à 13% par rapport à 2007 alors qu'elle avait prévu précédemment une croissance dans une fourchette comprise entre 0 et 7%.

"La poursuite des remous sur les marchés sur une longue période constitue la raison essentielle de cette révision à la baisse", a expliqué son PDG Peter Straarup, qui ne s'attend pas "à la fin de la crise financière internationale au cours de l'été".

Les nouvelles attentes pour 2008 sont basées sur une prévision de marchés internationaux "un peu plus normaux au deuxième semestre", selon Peter Straarup, estimant que "le remède à la crise réside dans une plus grande volonté de risques des investisseurs et une plus grande confiance des banques entre elles pour augmenter les prêts interbancaires".

A la Bourse de Copenhague, les investisseurs sanctonne le titre après l'annonce de ces résultats. L'action plonge de 4,83% à 162,5 couronnes en fin de matinée.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.