Ventes aux enchères : records en 2007 pour les deux géants du secteur

 |   |  331  mots
Sotheby's et Christie's ont réalisé plus de 6 milliards de dollars de chiffre d'affaire chacun l'année dernière.

Dans un marché de l'art mondialisé, la bataille de géants continue de plus belle: les deux plus grandes maisons de ventes multinationales battent records sur records. En 2007, elles sont au coude à coude: Sotheby's a réalisé un chiffre d'affaires de 6,2 milliards de dollars, en augmentation de 44% (avec 42% d'objets vendus en moins que son concurrent Christie's). Ce dernier affiche 6,3 milliards de dollars de ventes, soit 25% de mieux qu'en 2006.

Sotheby's, cotée à Wall Street sous le symbole BID, qui a réduit le volume de ses activités pour se concentrer sur le haut de gamme, a obtenu 4 des 5 plus importantes enchères de l'année, avec notamment 72,8 millions de dollars pour une toile de Mark Rothko "White center" et 57,2 millions de dollars pour "La Lionne de Guenol" signée Francis Bacon (deux autres toiles du peintre britannique figurent dans ce palmarès avec respectivement 52,7 et 45,9 millions de dollars).

De son côté, Christie's, la société de François Pinault, table sur un développement de ses ventes, par exemple en ouvrant de nouvelles salles au Moyen-Orient ou en multipliant les vacations à Hong Kong, un de ses lieux forts. Ainsi, ce sont 793 oeuvres d'art qui, passées entre ses mains, ont dépassé le million de dollars. Là où son concurrent accentue son effort sur la peinture et la sculpture, notamment classique et contemporaine, Christie's intensifie son activité dans les Beaux arts, l'impressionnisme, le mobilier, la joaillerie et la bibliophilie.

Autre caractéristique de ce marché très actif, la place de plus en plus importante des transactions de gré à gré (et donc plus discrètes) effectuées hors des enchères: rien que pour Christie's, elles ont représenté 538 millions de dollars, 94% de plus qu'en 2006.

Après l'euphorie de 2007, les spécialistes sont dans l'incertitude pour 2008, la crise financière devant logiquement avoir un impact sur le marché: la première grande vacation de février à New York consacrée à l'art contemporain (Damien Hirst, Jeff Koons,...) sera un indicateur à surveiller.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :