Je fais quotidiennement 70km aller-retour en voiture, pour me rendre à mon travail et je mange sur place le midi. Mon employeur ne me fournit pas de ticket restaurant. J'envisage de déclarer mes frais réels. Tout d'abord comment déterminer le montant des

 |   |  543  mots

Les frais de déplacement entre le domicile et le lieu de travail constituent des frais professionnels déductibles sur justificatifs.

Lorsque la distance domicile-lieu de travail n'excède pas 40 kilomètres, le salarié n'a pas à justifier du caractère normal de l'éloignement. La déduction est toujours admise dans son principe. Mais les frais dont fait état le salarié à ce titre ne sont déductibles que s'ils sont justifiés.

Vous devez donc être en mesure de justifier du moyen de transport que vous utilisez ainsi que de la fréquence et de l'importance de vos déplacements. Une telle preuve peut être apportée par une attestation de votre employeur certifiant que vous vous rendez quotidiennement en voiture à votre travail.

Pour calculer le montant déductible, le plus simple est d'utiliser le barème kilométrique des frais de voiture publié par l'administration. L'utilisation du barème ne vous dispense pas d'apporter les justifications des frais couverts par ce barème. Dès lors, le service des impôts est en droit de vous demander la facture d'achat du véhicule, le certificat d'immatriculation, les factures d'entretien et de réparation, la copie du contrat d'assurance.

Les frais de nourriture constituent en principe des dépenses d'ordre personnel non déductibles. Toutefois, les frais supplémentaires de repas pris à proximité du lieu de travail (c'est-à-dire les frais qui excèdent la valeur des repas à domicile) peuvent être déduits lorsque vos horaires de travail ou l'éloignement de votre domicile ne vous permettent pas de rentrer manger chez vous.

Lorsque le salarié est en mesure de justifier de ses frais de repas, le montant déductible est égal à la différence entre les dépenses réelles et la valeur des repas pris à domicile, laquelle peut être estimée forfaitairement à 4,20 € par repas pour 2007.

Lorsque le salarié ne peut justifier avec suffisamment de précision de ses frais de repas, la dépense supplémentaire déductible peut être évaluée, par repas, à 4,20 € pour 2007, cette somme étant diminuée, le cas échéant, de la participation de l'employeur à l'acquisition de titres-restaurant.

L'application de cette évaluation forfaitaire ne dispense pas le salarié de faire la preuve, par tous moyens, qu'il supporte effectivement des frais supplémentaires. Il doit pouvoir ainsi établir (par une attestation de l'employeur, par exemple) qu'il ne dispose pas d'une cantine sur le lieu de son travail ou à proximité (ou qu'il n'est pas en mesure d'y prendre ses repas pour des raisons inhérentes à l'exercice de sa profession) et que la durée de la pause de midi ou la distance séparant son lieu de travail de son domicile ne lui permettent pas de rejoindre ce dernier pour déjeuner. Si le salarié apporte une telle justification, l'existence de frais supplémentaires de repas sera présumée, sans qu'il ait besoin de justifier qu'il fréquente habituellement un restaurant ou utilise un autre mode de restauration.

Les réponses mises en ligne constituent de simples informations faisant état du droit. Elles sont données à titre indicatif et ne sauraient constituer des consultations juridiques.

En conséquence, la responsabilité de Latribune.fr ne saurait être engagée sur la seule base des informations contenues sur ce site.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :