Le PC résiste mieux que prévu

 |   |  279  mots
Dès le premier tour, il prend trois villes à la droite. Il contient le PS dans la banlieue rouge.

Quel que soit le sort de son réseau d'élus au soir du second tour des élections municipales, le Parti communiste pourra mettre en exergue la victoire, dès le premier tour, de son jeune candidat à la mairie de Dieppe. Sébastien Jumel (36 ans), reprend à la droite une ville que celle-ci avait prise au PC en 2001 avec 55,47% des suffrages. De même, il pourra se targuer d'avoir repris à la droite dès le premier tour Vierzon, ancienne ville ouvrière du Centre, et Vaulx-en-Velin, dans l'Est lyonnais.

Ces élections municipales représentaient un enjeu majeur pour le PC. Après la claque (1,93%) prise aux élections présidentielle par Marie-Georges Buffet, et les pertes de nombreuses villes en 2001, le PC comptait sauver son statut et ses finances en s'appuyant sur son réseau d'élus locaux, encore consistant, notamment au travers d'accords avec le PS.

Au soir du premier tour, le PC peut se sentir satisfait de conserver certains de ses fiefs de la région lyonnaise et des Bouches-du-Rhône comme Martigues ou Arles, où la liste conduite par Hervé Schiavetti est élue avec 57,65% des voix dès le premier tour. Dans la région parisienne, à Gennevilliers, le maire PC est réélu avec 74,95% des suffrages.

Le PC craignait surtout la concurrence du PS dans 7 des 13 fiefs communistes de la couronne de Paris. Le PC devance son allié-adversaire à La Courneuve et à Bagnolet. Mais les résultats sont serrés à Aubervilliers et à Noisy-le-Sec.

En revanche, le PC pourra remâcher quelques désilusions. Au Havre, la Liste Rufenacht (UMP) rassemble au premier tour 47,76% des suffrages, éloignant tout espoir pour le second tour. Mais le PC devance le PS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :