Bond des profits de la Postbank

 |   |  244  mots
Son bénéfice a progressé en 2007 de 25% à 870 millions d'euros liés à des gains exceptionnels. Le bénéfice imposable a crû de 6,7% à un milliard d'euros.

Alors que sa maison-mère, la Deustche Post (la poste allemande) est agitée par une affaire de fraude fiscale qu'aurait commise son patron, obligé du coup de démissionner après 18 ans à la tête du groupe, sa filiale bancaire, la Postbank annonce ce vendredi un saut de 25% de ses bénéfices en 2007 à 870 millions d'euros. Cette hausse est toutefois liée en partie à la vente de sa participation dans l'assureur Talanx et à une réforme fiscale qui a vu son taux d'imposition divisé par deux.

Plus significatif est la progression du bénéfice imposable de la banque qui est de 6,7% à un milliard d'euros. Le rendement sur fonds propres avant impôts s'améliore lui aussi, passant de 18,9% à 19,3%.

Postbank, qui maintient son dividende à 1,25 euro par titre, indique avoir peu souffert de la crise du subprime, les prêts hypothécaires à risque aux Etats-Unis. Elle a dû procéder en 2007 à des dépréciations de 112 millions d'euros dont 51 millions au quatrième trimestre.

Alors que la Deutsche Post est prête à vendre ses 50% du capital, la Postbank envisage de jouer un "rôle clé" dans la consolidation du secteur bancaire en Allemagne. Elle suscite aussi les appétits, notamment de la Commerzbank, avec ses 14,5 millions de clients, son poids renforcé auprès des entreprises, notamment des PME, et ses objectifs ambitieux : un bénéfice imposable de 1,22 milliard en 2008 et de 1,4 à 1,45 milliard d'ici 2010 et un bénéfice net de 980 millions d'euros à 1,015 milliard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :