Pétrole cher : Christine Lagarde lance un appel pour une action commune du G8

 |   |  473  mots
La ministre de l'Economie a envoyé une lettre à ses homologues du G8 pour leur demander de discuter, lors de leur réunion à la mi-juin, du problème de l'envolée des prix du pétrole.

Comme l'avait annoncé mardi matin Nicolas Sarkozy, la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a saisi ses homologues du G8 pour leur demander de mettre en place une action commune pour lutter contre l'envolée des prix du pétrole.

"La France propose de discuter des prix du pétrole au cours d'une session spécifique du prochain G8 à Osaka, après nos entretiens sur l'état de l'économie mondiale", écrit Chritine Lagarde dans ce courrier en date du 28 mai envoyé à son homologue japonais, Fukushiro Nukaga. A deux semaines du G8 Finances des 13 et 14 juin au Japon, la lettre a aussi été adressée à ses homologues allemand, britannique, américain, italien, canadien et russe.

"Je suggère que le programme de notre prochaine réunion soit amendé pour discuter de l'impact des prix élevés du pétrole sur l'économie mondiale et des mesures que nous pouvons proposer collectivement à la fois pour limiter ses effets préjudiciables à court terme et promouvoir des réformes structurelles afin d'éviter ces effets à l'avenir", déclare la ministre.

Selon elle, "la forte tension actuelle sur les marchés pétroliers devrait nous conduire à une action collective et coordonnée afin de retrouver des niveaux de prix plus supportables et aider l'économie mondiale à entrer dans l'ère de l'après-pétrole".

"Nous devrions de façon urgente renouveler notre appel aux pays producteurs d'accroître leur niveau de production afin de calmer les tensions sur le marché pétrolier", ajoute-t-elle. "Nous devrions également renforcer notre dialogue avec ces pays sur la façon de mieux recycler leurs revenus pétroliers afin de diminuer les effets négatifs de la période actuelle sur l'économie globale".

Chritine Lagarde souligne que les prix élevés du pétrole "ont alimenté la récente accélération des prix à travers le monde et constituent une menace sérieuse pour la croissance mondiale". "C'est une préoccupation majeure pour nous mais aussi une source significative d'instabilité économique et politique, dans de nombreux pays pauvres", indique-t-elle.

De fait, la ministre de l'Economie propose une action en cinq axes, basée sur une approche plus structurelle du problème des prix de l'énergie. Elle plaide pour une diversification des sources d'énergie des pays consommateurs, au détriment des énergies fossiles, en appelant les pays du G8 à mettre en place des "stratégies nationales" allant en ce sens. Elle évoque notamment la "limitation des subventions" et "la mise en place d'une fiscalité qui reflète l'ensemble des coûts de la consommation de pétrole, y compris environnementaux".

Christine Lagarde se prononce encore pour un accroissement des investissements dans les capacités de production. Elle plaide enfin pour plus de "transparence" sur les marchés du pétrole, en particulier en ce qui concerne l'état des réserves.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :