Nokia exclut de rembourser les subventions perçues en Allemagne

 |   |  202  mots
L'Etat régional de Rhénanie-du-Nord Westphalie réclame au fabricant finlandais le remboursement de 41 millions d'euros de subventions perçues pour l'implantation de l'usine de Bochum qu'il compte fermer. Nokia refuse.

La fermeture annoncée de l'usine Nokia de Bochum en Allemagne n'en finit plus de défrayer la chronique. Dernier épisode en date: la Rhénanie-du-Nord Westphalie réclame au Finlandais le remboursement des subventions qu'il a perçues entre 1998 et 1999 pour la création de l'usine de Bochum qu'il a annoncé vouloir fermer.

Le gouvernement du Land de l'ouest de l'Allemagne s'appuie sur une étude qui démontre que, depuis 2002, l'usine de Bochum n'emploie plus autant d'employés que le nombre sur lequel le groupe s'était engagé. Un argument qu'il avance à défaut de pouvoir exiger le remboursement pour délocalisation: prévue pour mi-2008, la fermeture de l'usine interviendrait au-delà de la période sur laquelle Nokia s'est engagé.

Il n'empêche. Le groupe finlandais refuse de rembourser ces subventions, estimant avoir investi dans ce site employant 2.300 salariés "au-delà" de ses obligations. Sa position ne devrait guère calmer la colère des Allemands. La Ruhr, région la plus peuplée d'Allemagne où le chômage est relativement élevé, s'est mobilisée contre la délocalisation de cette usine en Roumanie. Elle menace non seulement ses 2.300 emplois mais aussi 1.000 postes d'intérim et des centaines de sous-traitants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :