Nouveau président et augmentation de capital pour UBS

L'assemblée générale de la banque suisse, sinistrée par la crise des subprimes, a approuvé la nomination de Peter Kurer à la présidence de l'établissement, ainsi que l'augmentation de capital de 15 milliards de francs suisses. Le groupe va également réorganiser ses activités.

Les actionnaires de la grande banque suisse UBS ont élu mercredi lors de leur assemblée générale ordinaire Peter Kurer au poste de président du conseil d'administration, en remplacement de Marcel Ospel qui quitte ses fonctions suite aux déboires de la banque dans la crise des subprimes.

Peter Kurer, ex-directeur juridique de la banque, a été élu à une forte majorité, rassemblant sur son nom 585 millions de voix sur les 630 millions représentés par les votants. Une partie des actionnaires a cependant quitté l'assemblée en sifflant ce vote.

La candidature de Peter Kurer avait été contestée ces dernières semaines par différents actionnaires qui voient en lui un "insider" en partie responsable des pertes de la banque dans le subprime. Celles-ci s'élèvent à ce jour à 37 milliards de dollars.

Les actionnaires d'UBS ont également approuvé la réduction de la durée du mandat des nouveaux administrateurs à un an, contre trois ans jusqu'à présent. Et ils ont aussi entériné la nouvelle augmentation de capital ordinaire de 15 milliards de francs suisses (9,3 milliards d'euros) destinée à renflouer la première banque suisse durement touchée par la crise des crédits hypothécaires.

C'est la deuxième fois ces derniers mois qu'UBS lève d'importants fonds propres: la banque avait déjà recueilli 13 milliards de francs suisses auprès du fonds souverain singapourien GIC et d'un autre fonds du Moyen-Orient. Cette fois, l'appel de fonds est réservé aux actionnaires actuels d'UBS.

Dans son discours prononcé ce matin, Peter Kurer a défendu sa candidature, affirmant que "le Conseil d'administration m'a demandé de prendre ces fonctions [de président] et j'ai accepté de relever le défi". Selon le nouveau président de l'établissement, "UBS compte parmi les banques les plus touchées" par la crise. "Il est désormais indéniable que le processus en matière de gouvernement d'entreprise [...] doit être adapté pour refléter la situation nouvelle qui est la nôtre", estime Peter Kurer. "Nous allons instaurer désormais un nouveau Comité des risques, qui analysera systématiquement et en permanence les portefeuilles de la banque", surveillant notamment l'application du contrôle du risque, a-t-il annoncé.

UBS a subi des pertes considérables ces derniers mois. A la fin de 2007, le groupe a passé 18,4 milliards de dollars de dépréciations d'actifs, suivis par 19 milliards de dollars supplémentaires au premier trimestre 2008. Soit un total de plus de 37 milliards qui placent la banque en tête des plus grosses expositions des banques du monde entier à la crise des subprimes.

Et selon le directeur général d'UBS, celle-ci se situe toujours dans "une zone à risques". Marcel Rohner a pour sa part affirmé devant les actionnaires que "aujourd'hui, nos positions problématiques représentent encore environ un tiers du montant de fin septembre 2007". Et "les positions restantes restent exposées à des fluctuations".

En conséquence, la banque a annoncé une réorganisation de ses activités. La banque d'investissement, en particulier, rendue en partie responsable de la débâcle dans les "subprime", sera moins financée à l'aveenir par les autres activités du groupe. UBS a "utilisé l'excédent de trésorerie provenant de la gestion de fortune pour favoriser la croissance organique de la banque d'affaires. C'était une erreur", a reconnu le directeur général Marcel Rohner.

Celui-ci a également affirmé vouloir concentrer la banque d'investissement sur les opérations les plus rentables, tout en réaffirmant le rôle prépondérant de son coeur de métier, la gestion de fortune.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.