Pétrole cher : l'Europe va étudier des mesures fiscales

A la demande des Vingt-sept, la Commission européenne va explorer toutes les pistes proposées par les pays de l'Union européenne pour faire face à la flambée des prix du pétrole, y compris celle de la France, très contestée, de plafonner la TVA.

Les dirigeants de l'Union européenne (UE) vont demander à la Commission européenne "d'examiner la faisabilité de mesures fiscales", face à la flambée des prix du pétrole, y compris la proposition de la France, très contestée, de plafonner la TVA, selon un projet de texte. Cet élément a été ajouté à la version initiale du texte, rédigée avant le sommet. Le président français Nicolas Sarkozy s'est félicité de cette évolution, indiquant: "Je me satisfais que ça progresse et qu'on ne me dise pas : circulez, il n'y a rien à voir".

La Commission européenne rendra en octobre un rapport faisant un tour d'horizon des idées mises sur la table pour contrer l'actuelle hausse des prix pétroliers, a confirmé tard jeudi soir le président de la Commission, José Manuel Barroso. Y figurera notamment la proposition de Nicolas Sarkozy d'utiliser les surplus de TVA engendrés par la hausse du prix de l'or noir pour aider les routiers, les pêcheurs et les agriculteurs.

José Manuel Barroso s'est dit prêt à étudier cette proposition "si le Conseil le souhaite", même si son institution, tout comme la majorité des Vingt-Sept, Allemagne comprise, est très réticente. "La mesure TVA n'est pas la meilleure", a estimé le commissaire européen à l'Energie, Andris Piebalgs. "Vous continuez à consommer plus, donc ce n'est pas la meilleure réponse aux objectifs politiques que nous avons fixés". Pour le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, "le protectionnisme est une mauvaise réponse". Quant aux Italiens, ils ont suggéré de taxer les profits des compagnies pétrolières et les Autrichiens de s'attaquer à la spéculation.

D'autres enfin ont plaidé pour une meilleure concertation avec les pays producteurs, à deux jours d'une réunion de l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) à Djeddah, en Arabie saoudite. "L'UE doit négocier très activement avec l'Opep, la Norvège et la Russie", a ainsi déclaré le Premier ministre finlandais, Matti Vanhanen. "Nous avons besoin de davantage de consultations entre les gros consommateurs et les pays producteurs." "Nous ne devons pas nous attendre à des solutions révolutionnaires en termes de décisions à court terme", a déclaré pour sa part le Premier ministre polonais Donald Tusk.

Selon Nicolas Sarkozy, "il y a une batterie de mesures" qui ont été proposées par les Etats membres, et "le président de la Commission a proposé de travailler sur cette batterie de mesures, y compris la fiscalité, pour en faire rapport en octobre". "Pour un choc d'une ampleur inédite, prendre trois mois (pour réfléchir), ça me paraît raisonnable", a-t-il estimé, considérant que "la discussion continue et même elle prospère". "Je me satisfais que ça progresse et qu'on ne me dise pas circulez, il n'y a rien à voir, il y a juste un ou deux pays qui disent ca", a-t-il poursuivi. "Que nos amis allemands soient enthousiastes (sur la proposition française de plafonner la TVA), ce serait mentir que de le dire", a-t-il cependant reconnu.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.