Pour François Fillon, la croissance française est "sur la bonne voie"

 |  | 399 mots
Lecture 2 min.
Dans un discours très volontaire, le Premier ministre affirme que 2008 sera l'année de tous les changements pour confirmer les bons résultats de la croissance en 2007. François Fillon annonce de fait une série de réformes économiques structurelles pour la nouvelle année.

Première réunion de l'année 2008 pour le gouvernement. Après les voeux présidentiels de Nicolas Sarkozy, c'est au tour du gouvernement de présenter ce jeudi ses voeux au président de la république. Un discours à la note très économique et volontariste : François Fillon a ainsi estimé que la croissance de la France était "sur la bonne voie" au regard des chiffres de la fin de l'année 2007.

"La seconde partie de l'année 2007 montre que nous sommes sur la bonne voie contrairement à toutes les prévisions des experts", a déclaré le chef du gouvernement. François Fillon fait notamment référence au relèvement à la hausse de la croissance par l'Insee la semaine dernière. Les derniers chiffres de l'institut faisaient ressortir une progression de PIB de 1,8% sur les trois premiers trimestres de l'année, proche de l'objectif de 2% de croissance du gouvernement en 2007.

"Le point de croissance supplémentaire que nous recherchons nécessite de grands changements dans notre organisation économique et sociale", ajoute François Fillon qui affirme : "après huit mois de préparation de terrain, l'année 2008 sera véritablement celle où s'amorceront les grandes transformations économiques et sociales".

Parmi les grandes réformes, "il faut à la fois accroître le volume de travail et la productivité de notre pays", énonce François Fillon. Ainsi en 2008, "nous entrons dans le vif du sujet: réforme du marché de l'emploi, réforme de notre économie, réforme de l'Etat, réforme des institutions, réforme de nos prélèvements obligatoires, réforme de notre système de santé".

Sur le front du chômage, François Fillon a estimé que "les résultats de 2007 sont très encourageants", ajoutant toutefois que "seules des réformes profondes de structures permettront de réaliser ce que dix pays européens ont déjà obtenu".

"En réalité, toutes ces réformes convergent vers la nécessaire et urgente rénovation du modèle français. Cette rénovation s'inscrira dans le cadre d'une relance européenne dont nous assumerons la conduite à partir du mois de juillet", a-t-il conclu.

Par ailleurs, le chef du gouvernement a écarté ce jeudi toute éventualité d'un remaniement gouvernemental imminent. Dès vendredi, il se rendra dans les Antilles pour dresser le bilan des reconstructions, six mois après le passage du cyclone Dean.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :