Eric Woerth évalue à 1,5 milliard d'euros le surcoût de l'inflation pour le budget

"Environ 10% des emprunts des administrations sont indexés sur l'inflation", il faudra donc "rembourser environ 1,5 milliard d'euros supplémentaires" cette année, estime le ministre du Budget. Il exclue par ailleurs toute baisse de la fiscalité pour contrer l'augmentation des prix de l'essence.

L'Etat va devoir rembourser environ 1,5 milliards d'euros supplémentaires au titre d'emprunts indexés sur l'inflation, indique le ministre du Budget, Eric Woerth, dans un entretien paru ce dimanche. "La hausse des prix ne sert pas le budget de l'Etat" et "va coûter de l'argent", affirme le ministre dans le Journal du dimanche, interrogé sur l'augmentation des recettes de la TVA.

Ainsi, "environ 10% des emprunts des administrations sont indexés sur l'inflation" et il faut de ce fait "rembourser environ 1,5 milliard d'euros supplémentaires", explique-t-il. "Ce n'est pas une bonne surprise" mais l'Etat dispose d'une "réserve de précaution de 7 milliards d'euros" pour faire face à ce type d'imprévus, poursuit-il.

L'inflation en France a atteint 3% en avril sur un an, après un pic enregistré en mars à 3,2%, selon les chiffres de l'Insee

Par ailleurs, Eric Woerth écarte toute baisse de la fiscalité pour contrer l'augmentation des prix de l'essence subie par les automobilistes: "l'essence est à un prix de marché. Si nous baissions la fiscalité, nous inciterions à la consommation", une politique incompatible avec les objectifs du Grenelle de l'environnement, affirme-t-il.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.