La hausse du chiffre d'affaires de Bonduelle n'a pas convaincu les investisseurs

 |  | 350 mots
Lecture 2 min.
Le groupe de légumes a enregistré un chiffre d'affaires annuel de 1,490 milliard d'euros, soit une augmentation de 18,9% par rapport à l'année dernière. L'acquisition d'une entreprise canadienne a largement contribué à cette progression. Le titre a perdu plus de 5%.

Bonduelle, le groupe spécialiste des légumes a réalisé un chiffre d'affaires annuel 2007-2008 (exercice clos au 30 juin) de 1,49 milliard d'euros, contre 1,252 milliard d'euros pour l'exercice précédent, soit une progression de 18,9%. Sur neuf mois, la hausse ressortait à 23%, ce qui montre un signe de ralentissement en fin d'exercice. A périmètre comparable, la hausse des ventes est de 1,3%. Un chiffre peu élevé qui a déplu à la Bourse de Paris où le titre a perdu ce jeudi 5,36% à 59,48 euros.

D'après un communiqué, publié ce jeudi 7 août, "cette progression provient pour une large part de l'acquisition réalisée en Amérique du Nord en juillet 2007 (le canadien Aliments Carrière), mais témoigne également de la capacité de résistance du groupe dans un contexte de ralentissement marqué de la consommation au quatrième trimestre dans l'Union européenne".

"La consolidation dès le début de l'exercice de la société canadienne Aliments Carrière porte à 22% de la part de l'activité du groupe hors de l'Union européenne".

Dans l'Union européenne, la croissance du chiffre d'affaires a été de 1,8% contre 184,7% hors Union européenne.

Pour ce qui est de l'Union européenne, Bonduelle précise que "l'incendie fin février dernier d'un site de production de salades vertes en sachet, situé en Italie près de Bergame, a provoqué une baisse des tonnages vendus sur le marché italien et a fortement pénalisé l'activité du groupe au cours du dernier trimestre de son exercice".

Pour ce qui est des perspectives, Bonduelle indique que "le tassement du chiffre d'affaires observé sur le dernier trimestre ne devrait pas impacter les objectifs de rentabilité de l'exercice, l'important manque à gagner provoqué par l'incendie de l'usine italienne étant couvert par les compagnies d'assurance".

Bonduelle souligne enfin que "sa structure financière saine et le reclassement de sa dette à long terme, n'offrent aucune exposition au risque actuel de "credit crunch" (contraction du crédit, ndlr) et mettent le groupe en situation de pouvoir saisir les opportunités qui ne manqueront pas de se présenter dans le contexte actuel".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :