Budget optimiste pour la SNCF en 2008

 |   |  387  mots
La SNCF prévoit de réaliser un chiffre d'affaires en hausse de 6,1 % en 2008 à 17,235 milliards d'euros , pour un résultat courant hors dividende exceptionnelde 771 millions (+ 27 %).

La SNCF est confiante pour l'exercice en cours. Selon un rapport sur son budget 2008, dont La Tribunes'est procuré une version, l'opérateur ferroviaire national vise une croissance de son chiffre d'affaires de 6,1 % à 17,235 milliards d'euros, après la hausse de 3,6 % enregistrée en 2007 (en tenant compte des filiales, la hausse des recettes atteindrait 7 %, à 25,6 milliards d'euros). Le résultat courant hors dividendes exceptionnels devrait s'inscrire en hausse de 27 %, à 771 millions d'euros. À noter que ce montant représente à peu de chose près le résultat courant de la branche grandes lignes (775 millions d'euros), qui continue donc d'être la vache à lait de la SNCF.

"La performance économique 2008 s'appuie sur le développement important du chiffre d'affaires et la poursuite des actions de productivité dans l'ensemble de l'entreprise", lit-on dans le document qui doit être soumis pour avis consultatif au comité central d'entreprise le 7 février et présenté au conseil d'administration de la SNCF le 13 février. L'effort de productivité portera surtout sur le fret, où la restructuration engagée l'an dernier doit se poursuivre en 2008. Avec pour effet une réduction de 11,5 % des pertes courantes, qui devraient atteindre 213 millions d'euros. Le trafic du fret, perturbé fin 2007 par les grèves, devrait augmenter de 2,4 % à 41,5 milliards de tonnes-kilomètres, tiré par le combiné (+ 22,1 %), mais en baisse sur le trafic conventionnel (-2,6 %), du fait du recentrage de l'activité. Dans cette branche, quelque 2.000 emplois devraient être supprimés cette année. Soit davantage que le total des réductions nettes d'emplois prévues dans le budget global (1.764). La SNCF, qui devrait réaliser cette année sa meilleure performance depuis des années en termes d'évolution de l'emploi - généralement, quelque 3.000 postes sont supprimés par an -, lance en effet un important programme de recrutement dans sa branche proximité (TER, Transilien). De fait, 12.000 postes vont être créés, dans le cadre d'un vaste programme d'amélioration de la qualité du service.

Pour continuer à accompagner sa croissance et se préparer à l'arrivée de la concurrence, prévue dans le transport de voyageurs en 2010, la SNCF prévoit d'investir cette année 3,3 milliards d'euros (+ 20,2 %), dont près de 2 milliards sur ses fonds propres (+ 23,8 %). Plus de deux tiers des investissements correspondront à du matériel roulant. Le reste se répartira entre les gares, les systèmes d'information et de communication, etc.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :