Marks & Spencer : les dirigeants prêts à faire des concessions sur la gouvernance

 |   |  231  mots
La polémique entre la direction du groupe de grands magasins et les actionnaires retombe. M&S a promis notamment de soumettre tous les ans au vote le renouvellement du mandat de son PDG Stuart Rose.

Le groupe de distribution britannique Marks & Spencer (M&S) a fait des concessions à ses actionnaires en matière de gouvernance après la nomination controversée de son directeur général Stuart Rose au poste de PDG, rapporte ce jeudi le quotidien britannique " Daily Telegraph".

Selon le quotidien, M&S a promis à l'association des assureurs britanniques (dont certains membres s'étaient élevés contre ce cumul de fonctions, qu'ils jugent contraire aux règles de bonne gouvernance) que le renouvellement du mandat de Stuart Rose sera soumis tous les ans à un vote des actionnaires, que sa rémunération n'augmentera pas et qu'un nouvel administrateur susceptible de lui faire contrepoids sera désigné.

Le groupe a nénamoins reçu le soutien du fonds d'investissement Invesco Perpetual (un des ses cinq premiers actionnaires), qui a jugé que la décision de nommer Stuart Rose au poste de PDG était "entièrement appropriée", indique encore le Telegraph.

Marks & Spencer avait annoncé le 10 mars dernier que Stuart Rose cumulerait la présidence et la direction générale à partir du 1er juin, une décision rare en Grande-Bretagne, où les deux fonctions sont habituellement rigoureusement séparées. Cette décison avait poussé une série d'investisseurs, parmi lesquels l'assureur Legal & General (4,6% du capital) et le gestionnaire de fonds Schroders (2%), à faire part publiquement de leur insatisfaction.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :