UBS : dépréciations et pertes abyssales, le président sur le départ

La première banque suisse a subi une nouvelle dépréciation d'environ 19 milliards de dollars et va terminer le premier trimestre en perte de 12 milliards de francs suisses, poussant le président Marcel Ospel à ne pas se présenter à sa réélection. Après avoir levé 13 milliards en février, les actionnaires vont devoir remettre au pot environ 15 milliards de francs.

1 mn

Un véritable séisme va encore secouer la planète financière ce mardi. Cette fois ci, les mauvaises nouvelles viennent d'Europe. UBS annonce ce mardi s'attendre à une perte nette de 12 milliards de francs suisses (7,65 milliards d'euros) pour le premier trimestre.

Dans un communiqué diffusé mardi, la première banque suisse ajoute que ses comptes trimestriels inclueront des dépréciations de 19 milliards de dollars (12 milliards d'euros), soit autant que celles passées pour l'ensemble de l'année 2007 (18,4 milliards de dollars). La banque va également lancer une nouvelle augmentation de capital de 15 milliards de francs suisses, "entièrement souscrite par quatre banques internationales majeures", après celle de 13 milliards approuvée courant février par les actionnaires, selon un communiqué.

Dans ces conditions, Marcel Ospel ne se représentera pas à la présidence du conseil d'administration, la banque présentant Peter Kurer pour lui succéder.

La division de banque d'investissement devrait accuser une perte avant impôts de 18 milliards de francs suisses pour les trois premiers mois de l'année (perte de 4,4 milliards sur l'ensemble de l'année 2007). Alors qu'il constate une nouvelle dégradation des marchés hypothécaires, UBS ajoute prévoir de créer une entité séparée afin de gérer certains de ses actifs illiquides dans l'immobilier américain. L'exposition du groupe aux ARS (Auction-Rate Securities), est passée de 5,9 milliards de dollars à 11 milliards. L'exposition dans le subprime s'est réduite à 15 milliards au premier trimestre après 27,6 milliards alors que les positions dans les crédits "Alt-A" ont été ramenées à 16 milliards après 26,6 milliards.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.