Présidentielle américaine : Hillary Clinton et John McCain rebondissent dans le New Hampshire

 |   |  567  mots
Déjouant les sondages, la sénatrice de New York a battu son rival démocrate Barack Obama lors de la première primaire de l'élection présidentielle 2008. La victoire de John McCain rend les perspectives de l'investiture républicaine plus incertaines encore.

Ce fut d'abord "Mack is Back ! Mack is Back", puis "Hillary! Hillary!". Mardi en début de soirée sur la cote Est, les networks américains ont annoncé que le républicain John McCain avait remporté la première primaire de l'élection présidentielle 2008 qui avait lieu dans le New Hampshire. Plus tard, au terme d'un scrutin serré et d'une soirée riche en suspens, les télévisions ont été en mesure de confirmer qu'Hillary Clinton avait battu son rival Barack Obama, pourtant donné favori dans les sondages.

Après avoir été terrassée par le sénateur de l'Illinois lors de l'assemblée d'électeurs (caucus) qui a eu lieu jeudi 3 janvier dans l'Iowa, l'ex-First Lady a gagné cette primaire de peu. Selon les résultats basés sur le dépouillement de 80% des bureaux de vote, la sénatrice de New York a remporté 39% des voix, contre37% pour Barack Obama. De son côté, John Edwards, qui était arrivé deuxième devant Clinton dans l'Iowa, a été relégué à la troisième place, avec 17% des voix.

Dans le camp républicain, John McCain, 71 ans, a remporté hier 37% des voix des électeurs inscrits du New Hampshire, face à Mitt Romney (32%) et Mike Huckabee (11%), le candidat conservateur inconnu du grand public voilà quelques semaines, mais parvenu à gagner l'Iowa.

La victoire remportée dans le New Hampshire par Hillary Clinton et John McCain ne garantie pas qu'ils décrocheront l'investiture de leur parti respectif pour la présidentielle du 4 novembre prochain. Toutefois, les commentateurs politiques s'accordaient à dire qu'au regard de leurs positions récentes dans les sondages, les deux candidats ont effectué hier un véritable "come back". Hillary Clinton a déclaré à mots couverts qu'elle avait bien pris conscience du message qui lui avait été lancé dans l'Iowa et engagé les électeurs "à accorder à l'Amérique le même type de rebond que celui que le New Hampshire (lui) a accordé". Prenant acte de la popularité de Barack Obama qui s'est à nouveau présenté hier comme le candidat du "changement", la sénatrice de New York a tenu un discours de rupture totale avec les années Bush. "Les compagnies pétrolière et les établissements de crédit prédatrices bénéficient depuis sept d'un président qui les soutient et il est temps qu'un(e) président(e) vous soutienne", a-t-elle déclaré aux militants du New Hampshire et aux téléspectateurs américains auxquels elle a promis d'achever l'intervention américaine en Irak.

John McCain a aussi pris ses distances avec l'administration Bush en affirmant après sa victoire que son parti "avait besoin de regagner la confiance" des électeurs. Rien n'est joué pour le sénateur de l'Arizona qui avait remporté le New Hampshire en 2000 avant d'être battu en cours de campagne par George W. Bush. Ce vétéran et héros du Vietnam pourra véritablement mesurer sa popularité à l'occasion du "Super Tuesday" du 5 février au cours duquel une vingtaine d'Etats se prononceront et pour lequel l'ancien maire de New York Rudy Giuliani a réservé ses efforts de campagne. D'ici là, d'autres consultations auront lieu le 15 janvier (primaires démocrates et républicaines dans le Michigan), le 19 janvier (caucus démocrates et républicains dans le Nevada et primaires républicaines en Caroline du Sud) et le 26 janvier (primaires démocrates en Caroline du Sud).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :