Safran prêt à des acquisitions

 |   |  412  mots
L'activité équipements aéronautiques a vu ses ventes croître de 10% en 2007. Elle mise sur le maintien d'un tel rythme cette année.

La branche Equipements aéronautiques de Safran (systèmes d'atterrissage, câblage, nacelles de moteurs) qui représente près d'un quart des ventes du groupe (23% exactement) a dégagé un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros en 2007, en hausse de 10%. Elle a enregistré une marge opérationnelle de 4,1%.

A cette branche du groupe né de la fusion entre Sagem et Snecma s'ajoutent trois autres grands pôles : propulsion aéronautique et spatiale (les réacteurs d'avions pour Boeing et Airbus, produits phare de l'ex Snecma), Communications, Défense-Sécurité.

Pour 2008, Yves Leclère qui dirige cette branche, estime que "la demande est là mais nous nous voulons prudents. Il n'y a pas de signes émanant des industriels ou des compagnies qui laisse prévoir un éventuel ralentissement des commandes, même si l'ensemble du secteur se prépare à subir l'impact de la crise des 'subprimes.'"

Il vise pour 2008 une croissance de son chiffre d'affaires autour de 10%. Et de souligner que la capacité de ses usines est en train de doubler, grâce aux extensions de sites existants situés dans des pays à faible coût de main d'oeuvre, afin d'assurer la montée en cadence exigée par ses clients. Safran compte d'ailleurs investir 50 millions d'euros cette année, comme en 2007 et en 2006, pour transférer des activités hors zone euro avant de réduire ces montants.

A plus long terme, à l'horizon 2010, cette entité vise une marge d'exploitation de 8% à 10%. Cela passera par une moindre dépendance au dollar qui doit être ramenée de 57% à 2007 à 45% en trois ans.

Safran envisage parallèlement des acquisitions dans ce secteur, notamment dans le domaine du câblage où intervient sa grande filiale Labinal (550 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel). Car la direction mise sur des regroupements. "Certains dossiers pourraient nous intéresser" glisse Yves Leclère.

.

Mouvements social dans la propulsion solide
Quelque 300 des 1.150 salariés de Snecma Propulsion Solide, au Haillan, en Gironde, site spécialisé dans les systèmes de propulsion de fusées et missiles (Ariane, M51...), sont mobilisés depuis le 5 février sur la question des rémunérations, notamment à l'appel de la CGT et de Sud. Ces deux syndicats n'ont pas signé un accord salarial paraphé le 5 février par quatre autres organisations syndicales car ils réclament "une augmentation générale pour tous, cadres et non cadres" et divergent avec la direction sur le montant d'une allocation spécifique "transport et énergie" pour tous les salariés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :