Livre Beige : la Fed note un ralentissement de la croissance depuis début juin

 |   |  461  mots
Dans son rapport de conjoncture, la Réserve fédérale américaine fait part d'un ralentissement économique, avec une baisse de la consommation et de l'activité industrielle, et une pression inflationniste de plus en plus forte. Ce rapport pourrait conforter les partisans d'une hausse des taux au sein de la banque centrale.

Le dernier Livre Beige de la Réserve Fédérale américaine (Fed) publié mercredi soir fait ressortir des perspectives peu réjouissantes pour l'économie des Etats-Unis. Ainsi, la banque centrale note que l'activité économique a légèrement ralenti depuis le début juin tandis que les pressions sur les prix s'intensifiaient.

"Le rythme de l'activité économique a légèrement ralenti depuis le dernier rapport" publié le 11 juin, explique ainsi la Fed dans ce rapport de conjoncture. L'institution pointe notamment les dépenses de consommation qui ont été "faibles ou en ralentissement dans presque toutes les régions". Le chiffre d'affaires des magasins de discount a progressé mais pour la plupart des autres enseignes, "surtout celles spécialisées dans les biens non-essentiels ou liés à l'immobilier", les ventes ont été faibles ou déclinantes.

L'activité industrielle a également baissé dans de nombreuses régions, notamment pour les entreprises spécialisées dans les biens pour la maison ou les constructeurs automobiles, même si la demande pour les voitures étrangères ou peu gourmandes en carburant est restée "solide".

Du côté de l'immobilier résidentiel, "les marchés ont baissé ou sont restés faibles dans la plus grande part du pays", avec une poursuite généralisée de la baisse des prix, selon ce rapport. Une "forte hausse des saisies" a été notée dans certaines régions de Californie, d'Arizona et du Nevada (ouest). Pour sa part, l'immobilier commercial a lui aussi affiché une activité "faible".

Dans le sillage de la crise financière, les banques ont par ailleurs restreint leur offre de crédit, notamment pour les prêts immobiliers ou à la consommation, avec notamment un nouveau durcissement des critères d'acceptation des dossiers.

Mais c'est surtout l'inflation qui inquiète. La Fed souligne que "toutes les régions ont qualifié les pressions sur les prix de fortes ou en augmentation", avec une hausse des prix des matières premières et du pétrole notamment. Les prix de détail ont ainsi "augmenté dans plusieurs régions". Seul point positif : les pressions sur les salaires sont restées "limitées en général" du fait de la faiblesse du marché du travail.

Cette note de conjoncture, qui doit servir de base de travail au Comité de politique monétaire de la banque centrale (FOMC) pour sa prochaine réunion, prévue le 5 août, risque de ne pas lui faciliter la tâche. Les discussions promettent en effet d'être houleuses entre d'une part les tenants d'un statu quo monétaire, pour donner à l'économie et aux marchés financiers le temps de se renforcer, et les partisans d'une hausse des taux au vu des pressions inflationnistes croissantes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :