Le billet d'avion en papier disparaît

Depuis ce dimanche, les billets d'avions sont entièrement électroniques. Les 240 compagnies membres de l'Association internationale du transport aérien (Iata) ont en effet abandonné le billet papier traditionnel. Une économie de plus de 3 milliards de dollars par an et des avantages pour les passagers.

Fin de parcours pour le billet d'avion en papier. Depuis dimanche 1er juin, les 240 compagnies aériennes membres de l'Association internationale du transport aérien (Iata), générant 96% du trafic international, sont en effet passées au billet électronique. "Aujourd'hui, nous disons au revoir à une icône de l'industrie", a expliqué le président de l'Iata, Giovanni Bisignani. "Le billet papier nous a bien rendu service, mais il a fait son temps. Les compagnies aériennes du monde entier ont travaillé d'arrache pied sur ce dossier pendant quatre ans, et demain marquera le début d'une nouvelle ère plus pratique et efficace pour les voyages en avion".

Les compagnies aériennes ont donc tenu leur pari lancé en 2004 avec la présentation d'un plan pour simplifier le voyage aérien, Simplifying the Business. A l'époque, le billet électronique, apparu dès 1994 chez United Airlines, ne représentait pourtant que 19% des 245 millions billets vendus. Pour parvenir à atteindre son objectif, l'Iata a mis en place une équipe de 150 personnes à la disposition des compagnies aériennes.

Objectif affiché : réaliser des économies. L'émission d'un billet papier coûte en moyenne 10 dollars, contre 1 dollar pour un billet électronique. Et avec plus de 400 millions de billets émis chaque année, l'industrie aérienne devrait économiser plus de 3 milliards de dollars par an. Des économies importantes alors que l'ensemble du secteur n'a dégagé que 5,6 milliards de dollars de bénéfice en 2007.

Pour les passagers, l'arrivée des billets électroniques doit simplifier leurs voyages. Ces titres de transport peuvent être facilement changés et réémis sans avoir besoin de se rendre dans son agence de voyages ou au service de billetterie de la compagnie aérienne. Ils offrent également la possibilité de réserver un vol quasiment jusqu'à la dernière minute. Enfin, le risque de perte du billet n'existe plus.

"Grâce au billet électronique, nous pouvons entrer dans la prochaine phase du plan Simplifying the Business", a déclaré Giovanni Bisignani. "Nous passons à une autre étape avec une nouvelle révolution Fast Travel (le voyage rapide) qui fournira des possibilités de libres-services pratiques allant de l'enregistrement, au traçage des bagages, et au réenregistrement".

L'Iata n'oublie pas non plus l'aspect environnemental. Selon l'association, la fin du billet papier se traduira par la survie de 50.000 arbres par an, soit 5 km² de forêt.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.