Le chef Daniel Barenboïm de passage à Paris

 |   |  325  mots
Daniel Barenboïm sera en concert à Paris le 25 août avec le West-eastern Divan Orchestra, un ensemble réunissant des musiciens israélo-arabes. Rencontre avec un chef d'orchestre qui s'est fait le maître d'oeuvre peu ordinaire de la paix par l'harmonie des sons et des sens.

La Tribune: Agir, même "seulement" en faisant de la musique, n'est-ce pas déjà faire un acte politique ?

Daniel Barenboim: Nous avons des réactions politiques. Mais le projet du Divan n'est pas politique. Tout simplement parce que le conflit israélo-arabe n'est pas politique. Donc la solution n'est pas politique, pas plus qu'elle n'est militaire. En fait il s'agit d'un conflit humain, auquel il n'y a que trois solutions. Soit on continue comme ça et on se tue tous les uns les autres, soit on décide de vivre dans un Etat binational, soit on partage et on créé deux Etats souverains et indépendants. C'est cette dernière solution qui demande le plus de courage mais qui à mon avis est la meilleure, dès lors que l'on crée entre ces deux Etats une coopération économique, et que les frontières restent ouvertes. Le mieux serait même de créer une fédération, même si je sais que cette idée paraît un peu folle. Et au sein de chaque Etat, on pourrait créer un gouvernement d'unité nationale. La cohabitation est un exercice difficile mais peut-être nécessaire...

Vous avez créé des "maternelles musicales" à Berlin et à Ramallah. En quoi cela consiste-t-il ?

Il s'agit de maternelles "normales", mais où la musique joue un rôle très actif dans l'éducation des enfants. Au contact de la musique, les enfants apprennent à la fois la discipline et la passion, deux choses essentielles. Il ne faut pas oublier que les plus grandes victimes de tous les conflits, ce sont les enfants, et qu'il n'existe malheureusement aucun texte international qui empêche spécifiquement de s'en prendre à eux dans le cadre d'une guerre.

Concerts "Schönberg/Wagner" du West-eastern Divan Orchestra dirigé par Daniel Barenboim: le 11 août 2008 sur Arte à 19h, en direct d'Amman en Jordanie. Et le 25 août à la Salle Pleyel à Paris. Tél : 01.42.56.13.13. www.sallepleyel.fr.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :