En l'emportant en Floride, John McCain prend une option sur l'investiture républicaine

 |   |  396  mots
Le sénateur de l'Arizona a distancé ses concurrents républicains mardi en Floride. L'ancien maire de New York, Rudolph Giuliani, est le grand perdant et pourrait se désister en faveur de John McCain, qui apparaît désormais comme bien placé pour emporter l'investiture du camp républicain. Chez les Démocrates, John Edwards annonce son retrait, laissant Hillary Clinton et Barack Obama seuls en lice.

Le sénateur de l'Arizona, John McCain, a fait un pas qui pourrait être décisif, ce mardi en Floride, vers l'investiture républicaine pour la prochaine présidentielle de novembre. Cet ancien aviateur dans la Navy (71 ans), resté prisonnier cinq ans et demi au Vietnam, était donné définitivement perdu il y a six mois. Sa victoire dans le New Hampshire l'avait replacé dans la course. En l'emportant en Caroline du Sud, il avait prouvé qu'il peut attirer l'électorat conservateur, et son succès en Floride le place en tête de la course à l'investiture.

Selon des projections portant sur 80% des bureaux de vote, il récolterait en Floride 36% des suffrages, devant l'ancien gouverneur du Massachusetts Mitt Romney (31%), avec lequel il s'est affronté de façon acerbe dans les derniers jours de la campagne, notamment sur la sécurité et l'économie.

En revanche, en décidant de faire l'impasse sur les premiers rendez-vous de la primaire républicaine, l'ancien maire de New York, Rudolph Giuliani, avait fait un pari risqué, en passe d'être perdu. Arrivé mardi en troisième position en Floride, ses chances d'être désigné par le camp républicain apparaissent bien minces. Le discours qu'il a prononcé après l'annonce des résultats est apparu pour beaucoup comme annonciateur d'un possible désistement en faveur de John McCain. "Nous restons impliqués, et nous allons faire notre possible pour laisser notre nation aux générations futures dans un meilleur état que celui dans lequel nous l'avons reçue", a-t-il dit.

La prochaine primaire intervient ce vendredi 1er février pour les Républicains, dans le Maine. Et, mardi 5 février, candidats démocrates et républicains s'affronteront dans vingt-quatre Etats à l'occasion du "super tuesday" qui représente une étape décisive de la course à l'investiture.

Démocrates: John Edwards se retire de la course
Le candidat démocrate John Edwards s'est retiré mercredi de la course à l'investiture pour la Maison Blanche. De ce fait, Hillary Clinton et Barack Obama demeurent seuls en lice pour l'investiture du parti démocrate. Depuis le début des primaires, John Edwards n'a pas réussi à gagner un seul Etat face à ses rivaux, étant toujours arrivé en deuxième, voire le plus souvent en troisième, position. John Edwards n'a pas encore fait savoir s'il apporterait son soutien à l'un des deux autres candidats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :