Le séisme chinois devrait accroître encore les pressions inflationnistes

 |   |  783  mots
La Bourse de Shanghai a limité ses pertes. Plusieurs constructeurs japonais ont suspendu leur activité dans le Sichuan. Selon les experts, le séisme pourrait avoir un impact direct sur l'inflation du pays, déjà élevée.

Alors que l'aide internationale se mobilise pour la Chine, frappée par un violent séisme lundi qui aurait fait près de 12.000 morts, selon un bilan encore provisoire, les experts s'inquiètent aussi des conséquences économiques pour le pays.

L'impact sur les marchés semble, dans un premier temps, limité puisque l'indice composite de la Bourse de Shanghai a fini ce mardi en baisse de 1,84% seulement, à 3.560,24 points. La Bourse a réduit ses pertes au cours de la journée, l'indice composite ayant ouvert sur une forte baisse, de plus de 3%.

En outre, quelque 66 entreprises établies dans le sud-ouest du pays, zone frappée par le séisme, et cotées à Shanghai et Shenzhen ont été suspendues de cotation mardi, les deux places financières chinoises ayant été dans l'incapacité de les joindre. Parmi ces sociétés figurent la compagnie des routes et ponts du Sichuan, les Communications optiques Huiyuan, ou Datong Gaz, selon l'agence Chine Nouvelle.

Par ailleurs, plusieurs groupes japonais, dont le constructeur automobile Toyota, ont annoncé mardi avoir suspendu les opérations dans leurs usines du Sichuan, où se trouvait l'épicentre du séisme. Toyota fabrique des minibus et des véhicules tout-terrain dans une usine de Chengdu, en partenariat avec un constructeur local. Cette usine, Sichuan Faw Toyota Motor, emploie 1.600 personnes et peut produire 13.000 véhicules par an.

"Nous ne recensons aucun dégât sérieux et aucune victime parmi nos employés", a expliqué une porte-parole du groupe japonais à Tokyo, Kayo Doi, citée par l'AFP. "Mais nous ne savons pas encore quand nous pourrons redémarrer les opérations car nous sommes encore en train de procéder à des vérifications de sécurité".

Le conglomérat industriel Hitachi a lui aussi indiqué avoir suspendu la production de son usine d'onduleurs à Chengu, qui emploie 200 personnes et dont un bâtiment a été endommagé par le tremblement de terre. "Le toit de l'usine a été partiellement endommagé mais aucun de nos travailleurs n'a été blessé", a déclaré un porte-parole de Hitachi, Masayuki Takeuchi. "Nous voulons reprendre la production après avoir effectué les réparations nécessaires, mais des inconnues demeurent quant à l'approvisionnement et à la distribution".

Le groupe de distribution Seven & I Holdings a pour sa part rouvert mardi ses trois supermarchés de Chengdu, fermés après le séisme.

En termes macroéconomiques, l'économie de la province du Sichuan va sans doute souffrir à court terme. La nature de son activité, essentiellement agricole, devrait toutefois limiter les effets néfastes de la catastrophe sur l'industrie et le commerce extérieur chinois.

"Le tremblement de terre aura un impact négatif sur l'économie du Sichuan", estime Zhai Peng, analyste chez Guotai Junan Securities. "Le tremblement de terre a provoqué des dommages importants en vies humaines et infrastructures, mais nous escomptons un impact limité et temporaire sur la croissance économique chinoise", nuance Mingchun Sun, économiste chez Lehman Brothers, dans une note citée par l'AFP. La catastrophe pourrait en revanche "exacerber la panique à propos des problèmes d'approvisionnement en riz, au vu des tensions sur le marché mondial du riz".

Le problème de l'inflation pourrait aussi s'aggraver. Elle a déjà approché en avril son niveau record en douze ans, à 8,5%, en partie à cause de la hausse des produits alimentaires. Le séisme "va assurément aggraver les tensions inflationnistes à court terme, à cause des perturbations sur les chaînes d'approvisionnement et du fait qu'il s'agit d'une province (le Sichuan, ndlr) à dominante agricole", assure Glenn Maguire, chef économiste pour l'Asie à la banque Société Générale.

Mais selon l'économiste Ting Lu, de Merrill Lynch, les conséquences du séisme pourraient être moins importantes que celles des tempêtes de neige qui ont paralysé des zones entières de Chine cet hiver. "Le Sichuan est situé dans l'intérieur des terres et ne compte guère dans le commerce extérieur de la Chine; nous pensons donc que les exportations et importations chinoises ne seront pas vraiment affectées par le tremblement de terre", souligne-t-il dans une note à ses clients.

Des analystes constatent aussi que les catastrophes naturelles peuvent parfois avoir des conséquences positives à long terme, car les gouvernements dépensent sans compter pour la reconstruction des zones touchées. "Vu que la politique du gouvernement ces cinq dernières années a visé le développement accéléré des provinces centrales et occidentales du pays, nous allons sans doute assister à la mobilisation de fonds et au lancement rapide de la reconstruction", estime Glenn Maguire.

De fait, Pékin a annoncé un premier soutien financier de 200 millions de yuans (18,4 millions d'euros) aux régions sinistrées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :