La Banque mondiale engage 1,2 milliard de dollars pour lutter contre la crise alimentaire

 |   |  434  mots
Face à la flambée des prix des denrées alimentaires, la Banque mondiale a décidé jeudi soir de dégager une enveloppe de 1,2 milliard de dollars pour lutter contre la crise alimentaire. Une annonce qui intervient quelques jours avant la réunion très attendue du FAO, l'agence de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation.

Face à la flambée des prix des denrées alimentaires, la Banque mondiale (BM) a décidé jeudi soir de dégager une enveloppe de 1,2 milliard de dollars pour lutter contre la crise alimentaire, dont 200 millions sous forme de dons qui bénéficieront notamment à Djibouti, Haïti et au Liberia.

"La flambée des prix des denrées alimentaires risque d'aboutir à ce que les individus formant la frange la plus pauvre de la planète ne soient plus un mais deux milliards", a expliqué le président de l'institution, Robert Zoellick.

Ces financements, dont l'octroi pourra être décidé rapidement grâce à un mécanisme d'approbation accéléré, seront puisés dans les caisses de l'Association internationale de développement (AID), la branche de la BM qui aide les plus pauvres, et celles de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), qui prête aux pays émergents. Ils sont destinés à soutenir des programmes sociaux dits de "filet de sécurité", comme les cantines scolaires ou l'échange de travail contre nourriture, par opposition à l'aide d'urgence.

Trois pays se sont d'ores et déjà vu octroyer un tel financement qu'ils pourront consacrer à l'achat d'aliments, de semences et d'engrais ou à la compensation du manque à gagner fiscal dû à la crise. Il s'agit de Djibouti (5 millions de dollars), de Haïti (10 millions) et du Liberia (10 millions). D'autres devraient suivre, selon la Banque: le Togo, le Yémen et le Tadjikistan.

L'institution, qui va également accroître de 50% à 6 milliards de dollars l'an prochain l'ensemble de ses efforts en matière agricole, a enfin annoncé la création d'un autre fonds multilatéral, consacré au financement des soutiens à la production (semences, engrais).

Cette annonce intervient quelques jours avant le sommet organisé du 3 au 5 juin à Rome par l'agence des Nations unies pour l'Agriculture et l'Alimentation (FAO), afin d'examiner le problème de l'envolée des prix, les enjeux du changement climatique, des biocarburants et de la sécurité alimentaire.

Dans la perspective de cette réunion, le Fonds monétaire international (FMI) a déjà débloqué jeudi 21,2 millions de dollars pour aider le Mali à faire face à la flambée des prix alimentaires et du pétrole, une semaine après avoir déboursé pour les mêmes raisons 16,5 millions de dollars pour le Kirghizstan.

Enfin, les Etats-Unis ont fait savoir qu'ils proposeront au cours de cette rencontre une stratégie à long terme pour faire face à la crise, fondée sur une augmentation de la production d'aliments de base dans les pays en développement, grâce aux semences génétiquement modifiées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :