Deux nouveaux incidents frappent l'industrie pétrolière au Nigeria

 |   |  224  mots
Avec un oléoduc en feu et un pétrolier victime d'une explosion, l'industrie pétrolière au Nigeria a été sérieusement ébranlée ce lundi. Ces incidents font suite au sabotage d'un autre oléoduc, survenu le mardi 15 janvier, sur fond d'attaques de mouvements ethniques dans le sud du delta du Niger. Ces incidents ne sont toujours pas revendiqués.

Deux nouveaux incidents ont frappé l'industrie pétrolière dans le sud du Nigeria ce lundi. Un oléoduc appartenant à Agip, filiale nigériane du groupe italien Eni, a pris feu à Omuku, dans l'Etat de Rivers. L'incendie, déclenché à la suite d'une rupture de l'oléoduc, a été maîtrisé par les services de secours d'Agip. Les causes de l'incident et le nombre de victimes sont inconnus.

Par ailleurs, une explosion s'est produite à bord d'un pétrolier à Port-Harcourt, à proximité d'une raffinerie, a indiqué le commandant Musa Sagir, porte-parole militaire. Un incendie s'est ensuite déclaré à bord du vaisseau.

Ces deux incidents n'ont fait l'objet d'aucune revendication, mais s'ajoutent au sabotage d'un oléoduc de la compagnie néerlandaise Shell, survenu le mardi 15 janvier à Forcados (sud-ouest du Nigeria). La compagnie avait déclenché sa clause de "force majeure".

Le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger (MEND), qui se bat pour une meilleure répartition des richesses pétrolières, tient à se démarquer de ces actes criminels. Le terminal de Forcados avait déjà été la cible d'attaques en février 2006.

Huitième exportateur mondial de pétrole, avec 2,1 millions de barils par jour, le Nigeria a perdu 25% de sa production de pétrole depuis 2006 en raison de ces troubles. Le baril de Brent était en baisse de 1,91% en fin d'après-midi, à 87,72 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :