Anheuser-Busch prépare sa risposte pour contrer l'offre d'Inbev

Le grand brasseur américain a dit non à l'offre de rachat de plus de 46 milliard de dollars de son concurrent belgo-brésilien. Anheuser-Busch a présenté ce vendredi un plan visant à réduire ses coûts d'un milliard de dollars et à augmenter ses bénéfices.

2 mn

Le brasseur américain Anheuser-Busch, numéro 3 mondial du secteur brassicole en volume, officialise ce vendredi son rejet de l'offre non sollicitée de 46,3 milliards de dollars soit 29,4 milliards d'euros de son concurrent belgo-brésilien InBev.

Cette information était déjà hier matin dans votre morning briefing (qui vous donne tous les jours l'actu Bourse, éco et business du matin, de 7h30 à 9h30) car plusieurs sources la donnaient acquise, notamment le Wall Street Journal.

Anheuser-Busch estime que cette proposition sous-évalue l'entreprise. Dans son communiqué, le groupe américain ajoute que l'opération ne sert pas au mieux les intérêts des actionnaires. Son conseil d'daministration va "continuer d'étudier toute stratégie alternative".

Mais pour convaincre ses actionnaires que l'offre d'achat d'InBev est insuffisante, Anheuser-Bush a présenté vendredi prépare sa riposte avec un plan stratégique visant à réduire ses coûts d'un milliard de dollars. Ce plan est destiné à renforcer sa rentabilité et à doper son cours de Bourse. Le brasseur américain prévoit de réduire ses effectifs salariés de 10% par le biais de départs naturels et de préretraites, de relever ses prix pour compenser la hausse de ses coûts; il affiche en outre désormais des prévisions de résultats supérieures au consensus de Wall Street.

Il prévoit en outre de racheter pour sept milliards de dollars de ses propres actions d'ici la fin 2009, contre 3,8 milliards jusqu'à présent. Le propriétaire des marques Budweiser et Michelob n'entend en revanche pas se séparer de sa filiale d'emballage, ni des parcs à thème SeaWorld et Busch Gardens, deux activités que certains analystes jugent susceptibles d'être vendues pour recentrer le groupe sur la brasserie.

A la Bourse de New York, l'action Anheuser-Busch gagnait 2% environ en milieu de séance à 62,66 dollars mais elle restait en dessous du prix de 65 dollars offert par InBev. Pour Ann Gilpin, analyste de Morningstar, cité par Reuters, il n'est toutefois pas certain que le plan présenté vendredi par l'américain suffise à convaincre les investisseurs de décliner l'offre d'InBev.

Anheuser-Busch prévoit désormais un bénéfice par action hors exceptionnels de 3,13 dollars cette année et de 3,90 dollars l'an prochain, puis une croissance à deux chiffres par la suite. Les analystes anticipent en moyenne un bénéfice de 3,02 dollars par titre en 2008 et de 3,29 dollars en 2009. Le groupe a l'intention de relever en septembre ou en octobre les prix d'environ 85% de ses bières, alors qu'il prévoyait initialement d'attendre 2009. Ces mesures devraient permettre une légère hausse de la marge brute cette année et une hausse plus importante l'an prochain, assure-t-il.

Pour les analystes, le belgo-brésilien InBev ne devrait pas renoncer à son projet et il peut se permettre de relever son prix, à 70 dollars sans problème voire à 75 dollars par action.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.