Nicolas Sarkozy réagit dans l'affaire Rossi-Clavier

 |  | 345 mots
Nicolas Sarkozy soutient la décision du ministre de l'Intérieur de mutation du chef de la sécurité dans l'affaire Rossi-Clavier. Il a tenu à souligner les responsabilités de chacun.

L'affaire Rossi-Clavier continue. Nicolas Sarkozy a déclaré, ce jeudi 4 septembre, qu'il n'avait pas eu "besoin" d'intervenir après l'occupation par des indépendantistes de la propriété de son ami, l'acteur Christian Clavier, qui s'est soldée par la mutation-sanction du chef des services de sécurité de Corse. Cela avait déclenché une polémique, l'opposition dénonçant notamment un "fait du prince" (acte arbitraire du gouvernement).

"Le ministre de l'Intérieur (Michèle Alliot-Marie) a jugé qu'il y avait eu des fautes, elle a eu raison. Quand il y a une faute c'est le responsable qui doit l'assumer", a insisté Nicolas Sarkozy.

Michèle Alliot-Marie a qualifié l'occupation de la propriété de Christian Clavier de "violation" du droit de propriété. "Je suis en charge de la protection des Français, et de leurs biens, à ce titre, je suis en charge de choisir la personne qu'il faut, à l'endroit où il faut et au moment où il faut. C'est simplement ce qui s'est passé", a déclaré Mme Alliot-Marie à la presse à l'issue du conseil des ministres.

"Les indépendantistes n'ont pas tous les droits et je ne laisserai pas une petite équipe bafouer la République. La loi s'applique en Corse comme sur chaque centimètre de la République française", a déclaré Nicolas Sarkozy lors de sa visite à Damas.

Le jardin de la villa de l'acteur a été brièvement occupé samedi, à l'issue d'une manifestation devant la mairie de la ville, par une cinquantaine de militants indépendantistes qui dénonçaient "la spoliation foncière" des Corses sur leur île. Cette intrusion a coûté son poste au patron des forces de sécurité en Corse, Dominique Rossi, brutalement muté par le ministère de l'Intérieur pour n'avoir "pas pris les mesures nécessaires pour protéger ce lotissement afin d'empêcher l'envahissement d'une propriété privée". Son successeur, Gilles Leclair, nommé mardi coordonnateur des services de sécurité intérieure en Corse, a fait une brève visite, mercredi, de ses nouveaux services à Ajaccio.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :