Retour aux bénéfices pour le japonais Mitsubishi

 |   |  487  mots
Le quatrième constructeur automobile japonais a vu ses comptes revenir dans le vert sur les neuf premiers mois de l'exercice 2007-2008. Mitsubishi Motors va fermer une usine non rentable employant 1.164 personnes en Australie.

Pour les neuf mois courant d'avril à décembre, Mitsubishi Motors a réalisé un bénéfice net de 21,7 milliards de yens (140 millions d'euros), contre une perte nette de 11,8 milliards lors de la même période de 2006-2007. Son chiffre d'affaires a augmenté de 26% à 1.947,3 milliards (12,56 milliards d'euros), et son bénéfice d'exploitation a été multiplié par plus de huit à 52 milliards de yens, selon un communiqué publié ce mardi.

"Les facteurs qui expliquent cette amélioration comprennent un rebond significatif du volume des ventes, un mix produit plus rentable en Europe, en Asie et dans d'autres régions, et les bénéfices d'un yen faible", a expliqué Mitsubishi Motors dans ce communiqué.

Lors des trois premiers trimestres de l'exercice, le constructeur a vendu 1,016 million de véhicules dans le monde, 13% de mieux qu'un an plus tôt. Les ventes ont reculé de 11% au Japon, plombées par les mini-voitures pour lesquelles le marché ne cesse de se détériorer dans l'Archipel. Aux Etats-Unis, les ventes en volume ont augmenté de 9% sur les neuf premiers mois de l'exercice. Mais elles se sont nettement essoufflées au cours du troisième trimestre (octobre-décembre), "frappées par une concurrence accrue sur le marché dans un contexte d'incertitudes croissantes pour l'économie américaine à cause du problèmes des prêts +subprime+", a relevé le groupe.

Toujours pour les neuf premiers mois de 2007-2008, les ventes en Europe ont bondi de 23% sur un an, "les marchés en rapide expansion en Russie, en Ukraine et dans d'autres pays d'Europe de l'Est constituant le principal moteur de croissance", a encore expliqué Mitsubishi Motors. Les ventes en Asie hors Japon et dans le reste du monde ont pour leur part progressé de 19%, grâce à de bonnes ventes des modèles "Triton" et "Pajero" en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique, et par un redémarrage des ventes en Asie du sud-est, notamment en Indonésie.

Le groupe a simultanément annoncé la fermeture de son usine d'assemblage d'Adelaide, dans le sud de l'Australie, qui emploie 1.164 personnes, et qui produit notamment les modèles "380", "Triton", "Lancer" et "Pajero".
Cette usine fabrique quelque 30.000 voitures par an. "Nous ne voyons aucun moyen de retourner à des niveaux de production viables pour la berline 380, ni aucun créneau commercial pour développer une production de remplacement", a justifié dans une déclaration écrite le patron de la filiale australienne de Mitsubishi Motors, Rob McEniry.

Cette fermeture entraînera une charge de restructuration de 22 milliards de yens passée sur l'exercice en cours, a précisé le groupe. Mitsubishi Motors a tout de même maintenu, à 20 milliards de yens, sa prévision de bénéfice net pour l'ensemble de l'exercice 2007-2008. Il a expliqué, dans son communiqué, qu'il "s'attend à compenser les pertes extraordinaires subies à cause de la fermeture de l'unité de production en Australie en augmentant la rentabilité de ses opérations".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :