La BCE toujours inquiète de l'inflation

 |  | 251 mots
Lecture 1 min.
Le représentant de Chypre au Conseil des gouverneurs de la BCE dit partager les craintes de ses collègues, "extrêmement inquiets de l'inflation". La BCE a par ailleurs lancé un nouvel appel d'offres pour drainer jusqu'à 200 milliards d'euros de liquidités.

A peine arrivé au sein du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE), le représentant de Chypre, qui vient d'intégrer la zone euro, dit partager les craintes de certains de ses collègues, "extrêmement inquiets de l'inflation". La BCE se tient prête à relever une nouvelle fois ses taux si nécessaire, affirme ainsi Athanasios Orphanides dans un entretien ce jeudi au Handelsblatt.

D'après Athanasios Orphanides, les projections de la BCE annonçant un taux d'inflation de la zone euro ramené sous la barre de 2% en 2009 sont trop optimistes, parce qu'elles partent du constat selon lequel l'actuelle poussée des prix dans l'alimentation et les matières premières ne va pas se propager au reste de l'économie et n'entraînera pas de nouvelles revendications salariales d'ici là. "Le fait que le Conseil des gouverneurs de la BCE ait attendu la fin de l'année (sans modifier ses taux) ne veut pas dire qu'il ne relèvera pas à nouveau ses taux si nécessaire", estime-t-il.

Par ailleurs, la BCE continue à intervenir fortement sur les marchés. Elle a annoncé son intention de lancer jeudi un appel d'offres rapide visant à absorber de nouveau jusqu'à 200 milliards d'euros de liquidités du circuit bancaire de la zone euro. L'opération, qui arrivera à échéance vendredi, sera réalisée au taux fixe de 4%, précise-t-elle dans un communiqué destiné aux marchés financiers. La veille, elle avait déjà drainé 168,64 milliards d'euros du circuit monétaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :