Le patron d'UBS rassure sur le capital de la banque suisse

 |   |  316  mots
Dans une interview à paraître demain dans le journal "Handelszeitung", le président d'UBS assure que la banque n'a pas besoin de nouvel argent frais.

Parmi les banques d'investissement les plus touchées par la crise des crédits subprime et ses suites, le suisse UBS n'a pas besoin d'une nouvelle augmentation de capital. Des propos particulièrement fermes, tenus par le directeur général du groupe, Marcel Rohner, dans un entretien à paraître demain dans le journal helvétique "Handelszeitung". Le mois dernier, le patron d'UBS avait dévoilé les modalités d'un emprunt obligataire convertible en actions.

"Grâce aux apports en nouveau capital à hauteur de 13 milliards de francs suisses [8 milliards d'euros, NDLR] et le remplacement du dividende en numéraire par un dividende en actions, nous avons suffisamment renforcé notre base de capital", précise-t-il dans cet entretien. L'emprunt obligataire doit être souscrit à hauteur de 11,5 milliards de francs suisses par le fonds souverain singapourien GIC, qui deviendra ainsi le premier actionnaire d'UBS, et par un investisseur anonyme du Moyen-Orient.

Interrogé sur d'éventuelles nouvelles dépréciations d'actifs, Marcel Rohner répond "que personne ne peut donner une réponse définitive dans un sens ou dans l'autre". La banque helvétique a dû déprécier des actifs à hauteur de 9,3 milliards d'euros du fait de son exposition au "subprime" et, pour cette raison, risque fort de voir ses comptes 2007 tomber dans le rouge pour la première fois de son histoire.

Durement touchée par la crise financière actuelle, UBS a été l'une des premières banques à prendre le taureau par les cornes en indiquant dès cet été que les comptes paieraient un lourd tribut à la crise. Au troisième trimestre, la banque a essuyé une perte d'exploitation, avant impôts et intérêts minoritaires, de 726 millions de francs suisses (430 millions d'euros).

En Bourse de Zurich, les propos de Marcel Rohner ont donné un petit coup de fouet au titre UBS qui bondissait de près de 3% à 28,19 francs suisses en fin d'après-midi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :