France : la production industrielle rechute en novembre, le déficit budgétaire se tasse

 |   |  506  mots
La production industrielle a rechuté de 1,5% par rapport à octobre. A fin novembre, le déficit budgétaire s'est légèrement amélioré grâce à de meilleures recettes fiscales.

Mauvais mois de novembre pour la production industrielle française. Elle a rechuté de 1,5% par rapport à octobre, mois pendant lequel elle avait rebondi de 2,1%, selon des données corrigées (CVS-CJO) publiées ce jeudi par l'Insee.

La production manufacturière (hors énergie et agroalimentaire) a reculé de son côté de 1,3% en novembre après s'être inscrite en hausse de 2% en octobre (1,9% en première estimation).

Les économistes s'attendaient en moyenne à une baisse de la production en novembre mais moins forte. La production a sans doute été handicapée par les grèves des transports de la mi-novembre.

Selon Jean-Louis Mourier (Aurel Leven), cité par l'agence Reuters, "comme d'habitude, un mois de baisse après un mois de hausse. On reste sur un schéma d'évolution très erratique de la production industrielle mais avec une hausse modérée sur l'année à 2,5% en glissement annuel. L'activité ne s'est pas retournée mais connaît un tassement".

Par ailleurs, le déficit du budget de l'Etat était de 54,7 milliards d'euros fin novembre, contre 54,87 milliards à la même date en 2006 et 58,57 milliards en 2005, rapporte ce jeudi le ministère du Budget. "Le solde général d'excécution devrait nettement s'améliorer d'ici la fin de l'année, en lien notamment avec le recouvrement des impôts locaux", précise Bercy dans un communiqué.

Le collectif budgétaire 2007 présenté le 21 novembre en conseil des ministres prévoit de ramener le déficit budgétaire à 38,3 milliards d'euros, en amélioration de 3,7 milliards par rapport à la loi de finances initiale. A fin novembre, les dépenses du budget général totalisent 246,42 milliards d'euros contre 242,21 milliards un an plus tôt.

"Après neutralisation des effets de changements de périmètre de la loi de finances pour 2007, les dépenses du budget général sont supérieures de 4,6 milliards à celle constatées en novembre 2006", ajoute Bercy. "Cette évolution, liée à des décalages calendaires dans l'exécution de la dépense, ne remet pas en cause l'objectif annuel de progression des dépenses de 0,8% conformément aux prévisions de la loi de finances", précise le communiqué.

Fin novembre, les recettes nettes du budget général s'élèvent à 199,58 milliards contre 196,28 milliards à la même date en 2006. "A périmètre constant, les recettes fiscales nettes s'inscrivent, à la fin du mois de novembre, en progression de 2,1% par rapport à la même période de l'année dernière (+4,9 milliards)", précise Bercy.

L'augmentation des recettes fiscales concerne principalement les recettes nettes de TVA (+4,5 milliards, en hausse de 3,9% d'une année sur l'autre) et l'impôt sur les sociétés (+3,7 milliards en hausse de +11,1%). Les recettes de l'impôt sur le revenu diminuent de 4,1% (soit -2,3 milliards) suite à la réforme du barème. Les recettes de TIPP sont en retrait de 1,3% à périmètre constant par rapport à novembre 2006. Les recettes non fiscales augmentent de 3,3 milliards par rapport à la fin novembre 2006 en raison notamment du niveau élevé des dividendes encaissés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :