France : stabilité du taux de chômage au deuxième trimestre

 |  | 502 mots
Le taux de chômage est toujours à 7,2% au deuxième trimestre, à 7,6% avec les départements d'outre-mer. Il recommence à augmenter pour les moins de 25 ans et les plus de 50 ans. La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, s'est félicitée de la "résistance" du marché de l'emploi.

Le taux de chômage a stagné à 7,2% de la population active en France métropolitaine en moyenne au deuxième trimestre 2008, touchant plus de 2 millions de personnes, et à 7,6% si l'on inclut les départements d'outre-mer (Dom), selon des chiffres publiés ce jeudi par l'Insee. Ce taux, qui a baissé de 0,8 point comparé au deuxième trimestre 2007, correspond à 2.027.000 chômeurs en France métropolitaine (Retrouvez le résultat de l'enquête de l'Insee en cliquant ci-contre à droite dans la rubrique : "pour aller plus loin").

La décrue du chômage, entamée en 2006, semble marquer le pas avec un taux identique aux premier et deuxième trimestres, sur fond de dégradation de la conjoncture économique. Ce taux "provisoire" est une estimation corrigée des variations saisonnières à "plus ou moins 0,4 point", a précisé l'Insee dont les indicateurs sont calés sur les critères du Bureau international du Travail (BIT) et sont publiés désormais une seule fois par trimestre.

Pour les moins de 25 ans, le taux de chômage a recommencé à augmenter ce trimestre, pour la première fois depuis un an, restant plus de deux fois supérieur à celui des 25-49 ans. En métropole, il a atteint 18,3% (-1,3 point sur un an), touchant 483.000 personnes. En comptant l'outre-mer, il s'est élevé à 19,1% (-1,2 point).

Pour les 50 ans ou plus, le taux de chômage est aussi reparti à la hausse, à 5,1% en métropole (-0,2 point sur un an), correspondant à 353.000 personnes. Il s'est établi à 5,2% si l'on inclut l'outre-mer. Le chômage a continué à baisser pour les 25-49 ans, à 6,5% en métropole au deuxième trimestre (-0,9 point comparé à un an auparavant), soit 1,19 million de personnes. Il a reculé à 6,9% outre-mer compris.

Le taux de chômage des hommes a stagné à 6,8% comparé au premier trimestre en France métropolitaine, celui des femmes recommençant à progresser à 7,7%.

La ministre de l'Economie et de l'Emploi Christine Lagarde s'est évidemment félicitée jeudi de la "résistance" du marché de l'emploi. "Avec 7,2% au deuxième trimestre, le chômage se stabilise à un taux qui reste le plus bas depuis 25 ans, alors même que le PIB a reculé de 0,3 point au cours du trimestre. On aurait pu penser que le marché de l'emploi accuserait immédiatement le coup, mais là il se stabilise", a déclaré la ministre à l'AFP.

Pour la ministre de l'Emploi, cette stabilisation est "sans doute aussi le signe que le marché de l'emploi fonctionne un peu mieux grâce aux réformes engagées dont les gens prennent conscience et qui favorisent la valeur travail". Interrogée sur la chute de l'intérim observée ces derniers mois, elle a estimé: "c'est vrai que c'est un indicateur avancé de l'emploi, mais il est parfois difficile de savoir comment il va évoluer. Une baisse préfigure normalement un ralentissement de l'emploi, mais pour l'instant on a une stabilisation malgré un ensemble de facteurs économiques négatifs".

Quant à la possibilité d'atteindre l'objectif d'un taux de chômage à 5% d'ici 2012, "on y croit", a-t-elle affirmé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :